Le pied du cheval en 10 questions

Le pied du cheval en 10 questions

Hello Cher(-ère)s Cavalier(-ère)s,

« Pas de pied, pas de cheval », c’est un adage bien connu. Il semble en effet difficile de penser que nos chevaux pourraient bouger, nous porter, sauter, galoper… sans être bien dans leurs baskets.

Si on prenait quelques minutes pour en savoir un peu plus sur les pieds des chevaux ?

1. Le pied du cheval correspond-il à notre pied à nous ?

Oui, si on considère que le pied du cheval, comme le nôtre, supporte toute la charge de celui-ci lorsqu’il se déplace.

Non, si on compare avec l’anatomie humaine : le pied d’un cheval correspond à la dernière phalange du majeur ; la fourchette correspond à l’extrémité du doigt, et la corne, à l’ongle.

2. A quoi sert le pied ?

Le sabot remplit 5 fonctions principales :
– fournir une surface d’appui suffisamment résistante à l’usure,
– assurer l‘adhérence sur le sol,
protéger les structures internes du pied,
– maintenir l’humidité du pied,
amortir les chocs.

3. De quoi est composée la paroi du sabot ?

La muraille est composée de kératine, qui est le même composant que les poils, les cheveux, ou les ongles.

(C’est un chouette mot à retenir, pour le scrabble.)

4. De combien pousse un sabot, par mois ?

Le sabot d’un jeune cheval se développe plus rapidement que celui d’un cheval adulte.

Cette croissance peut aller jusqu’à 1,25 cm par mois. Pour les chevaux adultes, cette croissance sera comprise en 5 mm et jusqu’à 1 cm.

Un maréchal-ferrant parera et éventuellement posera une ferrure. Cette manipulation doit se faire toutes les 4 à 6 semaines… mais cela dépend surtout de votre cheval !

La vitesse de pousse dépend de la saison : elle est plus rapide par temps chaud et humide, typiquement, au printemps. Ces croissances peuvent se traduire par des cercles ondulés sur la muraille du sabot.

5. Combien de temps il faut pour renouveler complètement un sabot ?

Pour un cheval adulte, la pince se renouvelle en 1 an, et les talons en 4 à 5 mois. La fourchette se renouvelle entièrement en 6 mois environ.

6. Comment le pied absorbe les chocs ?

La corne d’un sabot est résiliente : comme les mousses, elle revient à sa forme initiale quand on cesse d’appuyer dessus. A chaque pas, elle s’écarte de 0,6 cm au niveau des talons, avant de reprendre sa forme, ce qui permet de pomper le sang et l’oxygène à travers le sabot.

C’est la composition même du pied qui permet d’absorber les chocs : Lorsque les vibrations de l’impact sur le sol atteignent le boulet, plus de 90% de l’énergie a été absorbée par les composantes internes du pied.

7. Pourquoi les pieds n’ont-ils pas tous la même forme ?

Les antérieurs supportent 60% environ du poids du cheval, et cela s’accroît avec le cavalier. Les pieds des antérieurs sont donc plus ronds, et légèrement plus larges que ceux des postérieurs.

8. Y a-t-il des différences entre les sabots noirs et les sabots blancs ?

Les sabots blancs seraient plus mous, plus friables, et davantage exposés aux blessures et hématomes.

Corne blanche vs corne noire : match nul !

Il semblerait que nous soyons en présence d’une croyance populaire : ALERTE AU MYTHE ! (Tiens, une future vidéo ?)

Une étude menée en 1983, n’a mis en évidence AUCUNE différence mécanique entre sabot blanc et noir, dans leur résistance face au stress ou aux contraintes.

La couleur du sabot est influencée par la couleur de la peau sur le membre : un sabot blanc fait très souvent suite à une balzane.

9. C’est quoi un sabot sain, finalement ?

Un sabot sain est la résultante d’une bonne technique de parage/ ferrage, d’une alimentation appropriée, et d’un travail bien adapté. Le cheval doit faire de l’exercice, et ce, sur différents types de sol.

Régulièrement sollicitée, la sole devient plus dure, et est donc mieux protégée. Même les mottes de terre éjectées pendant le travail ont leur importance : cela contribue à débarrasser la sole et la fourchette des tissus morts.

Travailler sur différents types de sol aide à maintenir la qualité de la corne.

10. Faut-il absolument utiliser des onguents sur les sabots ?

La résistance du sabot est très liée à l’humidité interne de celui-ci. Il vaut mieux tout faire pour que le cheval soit nourri et abreuvé correctement : cela restera le meilleur moyen de préserver la bonne humidité au bon moment.

Les onguents, sont utilisés en externe : ils servent à créer une barrière pour que l’eau pénètre, ou au contraire, soit isolée du sabot. Leur pénétration est mal connue, car ils restent surtout en surface, dans les parties les plus externes des sabots.

Graisser les pieds : un soin courant, pour les cavaliers !

Attention à une application trop fréquente : certains onguents sont très astringents et entraîneront un dessèchement excessif.

Personnellement, j’accepte d’avoir des sabots un peu plus secs l’été, et un peu plus humides l’hiver, je pense que c’est l’ordre naturel des saisons. J’applique régulièrement des soins pour sabot, même si je pense que la beauté venant de l’intérieur, l’alimentation de Cantad, et un travail correct aideront davantage.

Angélique

2 Replies to “Le pied du cheval en 10 questions”

  1. Merci pour cet article.
    Malheureusement très incomplet sur la fonction d’amortissement.
    Rappelons qu’au posé du pied c’est le talon qui pose en premier, la fourchette s’écrase alors et écarté l’arrière du sabot. C’est, avec la compression du coussinet interne, ainsi qu’à lieu la dispersion d’énergie.
    À noter que le fer empêche le bon fonctionnement de cette mécanique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :