« Mors & Best » : un mors mais en mieux

« Mors & Best » : un mors mais en mieux

Aujourd’hui, je voulais vous faire un retour de la séance de bitfitting faite avec Géraldine Vandevenne, dentiste équin, et « bit fitteuse ».

Si le « saddle fitting », l’adéquation de la selle au dos de son cheval, commence à s’installer dans les habitudes des cavaliers, il en est une autre bien plus récente, qui n’en est encore qu’à ses balbutiements.

Le bit fitting, si cette notion vous est inconnue, consiste à regarder si l’association mors/filet que vous utilisez convient bien à votre cheval, et le cas échéant, à trouver le mors ou le filet le plus adéquat.

A noter que malgré son nom, cela concerne aussi le matériel « sans-mors », pour vérifier les réglages : peut-être faudra-t-il un jour parler de « bitless fitting ».

Dans l’entraînement d’un cheval, le matériel reste un pilier.
Pour pousser le raisonnement « bien-être & performance » jusqu’au bout, je fais donc appel à un expert, sur cet accessoire si familier, et pourtant si méconnu : le mors.

Quand faire appel à un bit fitter ?

  • Pour un effet curatif, parce que vous avez détecté un problème : votre cheval « passe la langue », sort la langue, secoue la tête, refuse de prendre le mors en bouche… et que vous avez envie de changer pour un mors « plus dur ».
  • Pour un effet préventif : faire le point sur le matériel actuel et son ajustement, et corriger si besoin.

Etat des lieux.

=> Le cheval

Impossible de parler du mors sans regarder le cheval en lui-même. Chaque cheval est différent : entre les mâchoires, les dents et la langue, chaque bouche aura donc une spécificité propre ; sans parler des sensibilités.

Géraldine procède donc à l’examen de la bouche de Cantad pour comprendre sa conformation et éventuellement, les anomalies/blessures.

C’est là que nous découvrons qu’il a de petits aphtes le long des barres, là où passe le mors.

… désagréable découverte pour moi. 😱
Comme la dernière visite dentiste date de Novembre dernier, difficile de savoir si c’était là depuis longtemps ou si c’est apparu entre 2.

Soyez donc curieux lors de votre prochaine visite de dentisterie : toute « anomalie », même mineure et bénigne, comme des aphtes, doit vous être communiquée par le praticien.

=> le matériel

Vient ensuite l’examen de mes filets et l’usage que j’en ai. Cela permet à Géraldine de se faire une idée sur :
– mes convictions (avec/sans mors),
– mon usage (quotidien ou non),
– les contraintes de ma discipline.

En endurance, le matériel est gardé longtemps, mais il n’y a pas de règlement contraignant, contrairement au dressage, et pas d’usage spécifique, comme l’attelage où le seul « frein » du meneur reste le mors.

Niveau bridons : Réglages et ajustements corrects. Ca me rassure, et ça me conforte : c’est quand même mon métier, l’équipement du cheval ! 😅

Petit rappel à l’ordre sur le nettoyage de mes mors, qui présentent de petites accumulations de crasse sur les côtés. Effectivement, OUPS. 😓

En selle !

Géraldine a besoin d’ « étalonner » la façon dont je monte et le comportement de Cantad : Je suis donc invitée à me mettre à cheval, avec le matériel habituel, et à « faire comme d’habitude ».

Important : Géraldine n’est pas là pour juger mon niveau d’équitation 😅 : elle me conseillera uniquement sur le meilleur matériel, en prenant en compte mon niveau et celui de Cantad.

Elle me retrouve au manège, avec 2 valises très lourdes : de quoi essayer !

Après notre détente, 1er retour : le mors actuel de Cantad glisse un peu dans sa bouche lors de mes rênes d’ouverture, malgré sa taille correcte et la présence des rondelles en caoutchouc.

On essaie !

Pour la prochaine étape, on garde le même bridon, les mêmes rênes, et on change pour le nouveau mors. On commence par un mors proche de mon actuel ; un double brisure, avec un alliage différent, plus « chaud », et la partie centrale un peu plus « bombée ».

Le mors proposé !

Je sens Cantad descendre plus volontiers, et être plus ferme sur le mors. Le mors est aussi plus stable dans sa bouche : je sens que j’emmène davantage la tête maintenant lors de mes rênes d’ouverture. On approuve l’essai !

On continue l’expérience !

Pour pousser l’exercice jusqu’au bout, je souhaite essayer un mors qui ne convient pas à Cantad. Bien sûr, sans le blesser ni le traumatiser. Loin de moi l’idée de lui faire mal, mais la curiosité l’emporte : je veux juste sentir les effets d’un mors proche visuellement, mais non approprié, pendant quelques minutes.

La question est aussi de savoir si le nombre incroyable de versions de mors existant sur le marché a une réelle utilité, ou si c’est juste du marketing et une torture cérébrale pour cavalier.

L’essai suivant est donc semblable en tous points SAUF… l’orientation de la partie centrale de la brisure, qui est perpendiculaire, au lieu d’être parallèle à la langue.

Effet immédiat : un Cantad bien ronchon, oreilles en arrière, qui secoue la tête dès que je veux tourner ! Je le sens plus contracté, et davantage creux dans son dos. Rien à voir avec les minutes précédentes !

Et pourtant, il y a si peu de différence, à priori, entre ces 2 mors ! 🔎
Auraient-ils donc raison de vendre autant de versions ?!?

A gauche : celui qui va / A droite : celui qui ne va pas.
La différence ? L’orientation de la partie centrale, parallèle à la langue ou perpendiculaire.
crédit : morsandmore.com

Et après ?

Une fiche explicative, et les références du mors qui convient, sont partagées à la fin de la séance, et envoyées par mail.

Je ne peux pas acheter le mors directement à Géraldine : elle ne vend que sa consultation, pas de produit. Cela garantit une certaine neutralité, puisqu’elle n’a pas de stock à écouler à tout prix.

Pour me procurer le mors, un partenariat avec une sellerie me donne un code promotionnel : une bonne surprise ! 💶

Qu’en penser ?

La consultation m’a ouvert les yeux sur un matériel que je connaissais peu, et m’a permis d’aller encore plus loin dans le bien-être et la performance de mon cheval. Le tarif est très raisonnable et j’ai passé un excellent moment avec Géraldine, passionnante et passionnée.

Cela fait maintenant 2 semaines (au moment où j’écris cet article) que j’ai changé de mors. Le travail avec Cantad a fait un énorme bond en avant. On a bien progressé, c’est dingue.

Je ne regrette absolument pas.

Enfin, si.

Je regrette de ne pas avoir appelé un bit fitter plus tôt !

Je reste sur ma faim sur un point : J’adore comprendre comment ça marche, comment choisir, et je n’ai pas eu les explications sur le raisonnement et les déductions faites pour me proposer ce mors. Je suis très contente d’avoir eu le résultat, j’aurai aimé avoir le cheminement également.

Timing limité et explication trop complexe à résumer ?
Peut-être bien ! 😅

En haut : l’actuel / En bas : le nouveau.
La différence réside principalement dans la taille et la forme de la partie centrale.

Par conséquent, j’ai un regret : je pensais ressortir avec un panel de possibilités, mais au final, une seule solution m’a été donnée. C’est la meilleure, certes, j’en suis ravie (je le répète) mais…

Ce mors coûte environ 110 euros : ça reste un budget. Je suis curieuse de savoir si d’autres marques proposent ce mors avec exactement les mêmes mesures, mais des alliages/métaux différents : il aurait pu bien convenir à Cantad, et être amical à mon porte-monnaie. Je n’ai pas pris le temps de chercher, cela restera donc une question en suspens… 🤷‍♀️

Je vous vois venir : le confort de mon cheval n’a pas de prix !… 💸
(pour le reste, il y a Mastercard, pour reprendre une pub célèbre ! 💳😜)

Curieux pour vous ?

Pour les 2 heures de consultation, le tarif est de 60 euros. A cela s’ajoutent les frais de déplacement de Géraldine, selon l’éloignement et le nombre de personnes intéressées.

equibitfit.com
FB : Equine Bitffiter

A noter que Géraldine Vandevenne n’est pas la seule professionnelle en France et en Belgique. Vous pouvez consulter l’association « Equine Bitfitters », dont elle est présidente, qui pourra vous aiguiller vers le professionnel de votre région.

 

(Aparté) Avec ou Sans mors ?

Ici, nulle question d’être POUR les mors ou CONTRE les mors.

Je pense que le « sans mors » ou « avec mors » dépend de nombreux paramètres : – la conviction personnelle du cavalier,
– son niveau,
– le niveau de son cheval,
– leur discipline et le niveau qu’ils souhaitent atteindre,
– le temps qu’ils ont pour y parvenir,…
– mais aussi la façon de monter du cavalier et les réglages !

Alors, avec ou sans mors ? Tant que c’est bien ajusté et adapté au couple cheval/cavalier, peu importe. 🤷‍♀️

Si nous sommes d’accord que les mors mal ajustés peuvent blesser et devenir une torture, que dire d’un hackamore mal réglé, qui empêche de respirer, ou d’un licol éthologique mal réglé, qui va cisailler ?

Ils restent des équipements, à ajuster aussi. Il serait faux de penser que l’utilisation d’un matériel « sans-mors » dédouane complètement le cavalier de réglage et de pertinence d’utilisation, sous prétexte qu’ils sont plus « doux ».

Les ennasures agissent sur la capacité respiratoire du cheval, ce qui peut vite causer beaucoup de souffrances…

Le « bit(less) fitting » mériterait d’être mis en avant. Il ne suffit pas d’acheter un hackamore ou un licol éthologique pour prendre soin du confort de son cheval. Encore faut-il savoir le régler.

Dernière chose : j’admire les personnes qui peuvent galoper en cordelette en extérieur. Quel succès ! (et quel travail !)

Dans notre contexte actuel, Cantad et moi, nous n’y sommes pas. Et il n’y a aucune honte à avoir.

Un jour, peut-être,… (mais on mettra quand même une bombe…)

En attendant, nous avons besoin d’une aide :

LE mors, qui sait se faire oublier pour Cantad,… 👻
mais qui reste là pour moi ! 😉

A priori, on a trouvé ! 👍

« Un cavalier averti fait un cheval heureux », la devise du blog, me paraît une bonne phrase de fin !

Angélique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :