Dresser, c’est simple. Jean D’Orgeix

Dresser, c’est simple. Jean D’Orgeix

Je ne suis pas cavalière de dressage, mais devant la promesse du titre Dresser, c’est simple, la curiosité l’emporta. Pour moi, le dressage est TOUT. Sauf simple.

On rentre très facilement dans l’univers de Jean d’Orgeix, et dans sa philosophie. Les 80 pages se lisent avec une facilité déconcertante. Pas mal pour un livre sur le dressage ! Je m’imaginais déjà avec un mal de crâne. Mais non, tout va bien !

En introduction, il revient sur le vocabulaire équestre : « dressage » a en lui une notion de violence, de domination que Jean d’Orgeix ne cautionne pas. Il est plus pour l' »éducation ».

Je me permets de citer ici un passage, reflet du ton du livre.

« Nous avons énoncé là le cadre dans lequel nous allons éduquer le cheval :
– D’abord, capter son attention ; le mettre dans un climat de confiance, et même d’intérêt
– lui « dire », mouvement par mouvement, ce qu’il doit faire et ce qui lui est interdit.
– Recommencer ces mouvements jusqu’à les transformer en gestes réflexes.
– Donner au cheval l’habitude de bien faire, ceci de façon très progressive et en commençant bien sûr par des actions très simples.
Et c’est ainsi que l’on progresse vite. » 

Le chapitre 1 est consacré aux Principes de Base, parmi lesquels la rectitude, le dos, la légèreté ou encore l’engagement. Notions détaillées avec explications et exemples.

Le chapitre 2 aborde les Fondamentaux Psychiques, remettant le cavalier dans son rôle de professeur, qui doit capter et entretenir l’attention de son élève… qui ne parle pas la même langue !

Le chapitre 3 détaille les Fondamentaux Techniques : Jean D’Orgeix y reprend les principaux mouvements d’équitation (impulsion, tension des rênes, équilibre, incurvation, reculer…) avec quelques explications biomécaniques.

 

Mon avis :

Très bon livre si l’on veut un traité d’équitation. Il nous permet de revoir notre façon d’aborder nos chevaux via les yeux et l’expérience de Jean d’Orgeix. Très facile à lire, les explications sont simples. Pas d’idées d’exercices dans ce livre, mais plus une philosophie et une prise de conscience que le cavalier doit s’adresser au cerveau de son cheval, plutôt qu’à ses muscles.

Pour information, Jean d’Orgeix (1921-2006) a eu une carrière de cavalier courte mais brillante. 7 ans de compétitions, et 37% d’épreuves gagnées en CSO. Entraîneur de l’équipe de France en 1973, il mène les Bleus à la médaille d’Or aux JO de Montréal en 1976. Ses réflexions ont influencé les techniques futures.

 

 

Si vous voulez acquérir ce livre, cliquez sur notre lien ci-dessus. Nous sommes affiliés Amazon. Si vous passez par notre lien, nous gagnons une commission de 5% de la valeur du produit, et vous ne paierez pas plus cher !
Nous ne ferons pas fortune, mais cela nous permettra d’entretenir ce blog. Merci à vous !

Angélique

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :