Retour d’expérience après une course sous la pluie.

Retour d’expérience après une course sous la pluie.

Hello cher(-ère)s Cavalier(-ère)s,

Je prends le temps aujourd’hui de vous partager notre expérience, après notre 1ère course sous la pluie !

L’ironie a voulu que cette course humide se passe… dans le Sud. Pour les Nordistes que nous étions, il y a de quoi rigoler ! 😅

Je vous partage ici, nos « ça marche » et nos « ça marche pas ». J’espère que ça pourra vous servir à vous aussi !

❌ 1.CA MARCHE PAS : Se garer sur une belle surface herbeuse. 🚚🌱

Lorsque nous sommes arrivés la veille, nous avons trouvé super agréable de garer le van juste à côté des box démontables. Quel confort !
Ce qu’on n’a pas anticipé à temps, c’est que la pluie allait nous compliquer la sortie !
Au départ de ma 2ème boucle, mon assistance prend la décision d’atteler le van pour le garer sur un sol dur : TROP TARD ! nous sommes embourbés…
Il nous faudra l’aide du pick-up des copains pour nous en sortir !

Moralité : quand on sait qu’il va pleuvoir BEAUCOUP, se garer sur un sol dur, ou en tout cas, dans une zone qui ne risque pas de devenir un bourbier…

—————————-

❌ 2.CA MARCHE PAS : rester « tranquille » au box pour la pause intermédiaire. 🏠

Les box démontables : tellement pratiques, mais… attention à la récup !

Ok, là, c’est carrément stupide de ma part…

Nous venons de finir la 1ère boucle de 20 km. Il est donc temps de desseller/ préparer Cantad pour l’emmener au contrôle vétérinaire intermédiaire. Nous avons 30 min pour nous y présenter, et je tente tant bien que mal de nettoyer les membres de mon cheval et de le sécher un peu…

Sauf que je fais ça dans son box démontable.

Ce qui veut dire que nous ne marchons pas (ou très peu).

Ainsi, quand le vétérinaire m’annonce un cardiaque de… 52 bpm (!), je me dis que je suis DEBILE !

Contrôle intermédiaire : je vais avoir une sacré surprise !

Moralité : Il pleut, soit. Ne tentez pas de sécher votre cheval outre mesure. De toute façon, vous comme lui, vous allez être mouillés… donc, il faut MARCHER, MARCHER, MARCHER… pour l’aider à récupérer.
Lui, il s’en fout d’être mouillé : faites-en autant !

Pour la petite histoire, le cardiaque intermédiaire ne compte pas dans les résultats. Il doit par contre être inférieur à 64 bpm, pour que vous puissiez valider le contrôle vétérinaire intermédiaire.

———————-

❌ 3.CA MARCHE PAS : ne pas changer de tee-shirt… 👚

Pendant la course, comme il pleuvait, mais avec une température entre 10 et 15 degrés, je porte une 1ère couche de running, et un kway.

Mes vêtements jouent leur rôle : mon kway ma protège de la pluie et du vent, mais c’est aussi une barrière pour évacuer ma transpiration. Heureusement, ma 1ère couche prend le relais.

Quand tu ressembles à ça à l’extérieur, tu peux changer l’intérieur aussi !

Hélas, je reste avec les mêmes vêtements pendant la pause intermédiaire… Mauvais plan : je me refroidis beaucoup, et j’en viens (presque) à grelotter sous mon kway. Mes affaires de rechange sont dans mon sac, au fond du camion : je ne prends pas le temps d’aller les chercher.

Je repars donc sur ma course avec ma 1ère couche trempée. Bof bof. Heureusement, l’effort va vite me réchauffer…

Moralité : garder une 1ère couche de rechange à portée de main, pour se changer dans la pause intermédiaire. Pas au fond du sac au fond du camion…

———————

❌ 4.CA MARCHE PAS : mettre des gants d’équitation quand tu as les mains humides. 🧤💦

Au départ de ma 2ème boucle, j’ai un souci : j’ai froid aux mains. J’ai les mains mouillées, et avec la température qui chute, cela devient inconfortable. Je tente donc de mettre des gants.

Tentative vaine : je n’arrive pas à les enfiler. Ma main est mouillée. je n’ai pas de quoi me sécher, et la petite polaire à l’intérieur du gant « colle » à ma peau humide. je suis incapable d’enfiler correctement mes gants. Mon gant me bloque pendant l’enfilage.

Blasée, stressée, en colère, je finis par les jeter par terre en les maudissant. Mon assistance les ramasse (mais on les perdra, au final… ils étaient neufs, j’ai les boules), et je pars sur ma course avec une grosse appréhension quant à la survie de mes mains.

Heureusement, l’effort va me réchauffer.

MORALITE : prévoir une petite serviette pour soi, pour bien se sécher les mains et enfiler ses gants. Ou mettre ses gants dès le départ, histoire d’éviter d’avoir froid aux mains… surtout quand il pleut.

———————-

✅ 5.CA MARCHE : adapter la stratégie de sa course, selon son cheval et le sol. 🐴⏱

Si on m’avait dit que je trouverai cool de trouver du béton pendant ma course !…

Cantad n’a aucun mal à courir à 15 km/h de moyenne sur 40 km. Par contre, il a du mal dans la boue. Ca fait rire les gens quand je leur dis ça, mais c’est vrai : mon cheval n’aime pas MARCHER DANS LA BOUE.

Se rouler dedans, ok.

Mais marcher/courir dedans : c’est mort.

Oui, Cantad préfère rester dans son box qu’aller dans son paddock, s’il y a de la boue à l’entrée… c’est vous dire.

Je pense que c’est aussi du à sa hanche : la boue demande un effort de locomotion supplémentaire, et ça doit tirer un peu, pour compenser les glissades et le sol inégal.

Bref. Cantad n’aime pas la boue, et pour notre course, on est servis…

Je suis partagée entre :

  • vouloir y aller doucement, pour ne pas risquer l’entorse, et ne pas fatiguer Cantad outre mesure…
    Courir dans la boue, avec 2 jambes, c’est difficile et fatiguant, alors avec 4…
  • participer « vraiment » à la course, et pour espérer un podium, se rapprocher des 15 km/h de vitesse moyenne.

Notre 1ère boucle, alors que le terrain n’était pas (encore trop) dégueu, nous la faisons à 13.8 km/h. Cantad ayant eu 52 bpm de cardiaque au contrôle intermédiaire, je change de stratégie en cours de route.

Tant pis pour la 1ère place. Le but aujourd’hui, ça va être de respecter le mantra de l’endurance : « finir, c’est gagner ».

Je ne lance même pas mon chrono au départ de la 2ème boucle… C’est mon assistance, qui suivra mon chrono.

Le but, ça va être de finir dans les temps. Je ne veux pas fatiguer Cantad outre mesure, ou risquer une boiterie…

Notre carton : pas notre meilleur, mais on finit !

MORALITE : Ne jamais oublier, que le but, c’est de rentrer à la maison, avec un cheval en bonne santé. Finir, c’est gagner. Avec cette idée en tête, ça devrait toujours bien se passer.

Au fait, on finit quand même sur le podium : nous sommes 3èmes ! Ok, nous étions 4 et il y a eu un non-partant… donc on est 3èmes, et bon derniers ! 🥉😅

———————-

✅ 6.CA MARCHE : Arriver la veille. 🌙😴

Ok, c’est de la dépense en plus. Mais c’est confortable pour tout le monde : Cantad dort dans un box démontable. Moi, une nuit normale dans un vrai lit. Et c’était cool.

MORALITE : Pour plus de 3 heures de route, je prendrai maintenant l’option d’arriver la veille. Ca m’évite les départs tellement matinaux, qu’ils en deviennent tardifs…

————————

7. CA MARCHE : avoir du matériel en synthétique. ☔️🌧

Dans des conditions pareilles, le synthétique, c’est tellement cool !

Parce que les selles en cuir, elles ont du prendre cher, ce jour là !

MORALITE : j’ai hâte que les fabricants se décident à faire des selles d’endurance en synthétique. Je perds un peu espoir, car, à EquitaLyon, ou à Paris, les commerciaux me traitent de feignasse… et me disent qu’il n’y a pas mieux que le cuir pour une selle.
Je suis très contente de ma selle en synthétique, et l’ingénieur en moi va finir par s’associer avec quelqu’un pour faire la selle de ses rêves !

———————-

✅ 8. CA MARCHE (mieux) : avoir un bridon-licol et des « easy-clip » 👍

Non pas que ce soit obligatoire pour pratiquer l’endurance, mais j’avoue que c’est super confortable, en terme de manipulation, d’avoir le bridon-licol, plutôt qu’un bridon et un licol.

Super cool aussi d’avoir un easy clip : une attache qui relie les rênes à la selle. En tout cas, moi, qui est tendance à laisser mes rênes longues, ça me tranquilise : si jamais je les lâche, elles vont rester sur l’encolure de Cantad.

Si vous êtes curieux, allez donc voir la gamme  » HORSE and ROPES  » : c’est leurs produits ! Nous, on en est super contents !

Bon, à ce jour, j’ai officiellement perdu le mors et les rênes et l’easyclip. Nous sommes incapables de nous rappeler ce qu’ils sont devenus après notre course…

Bridon-licol et easyclip (tout ce qui est turquoise, en gros) : CANON !

Je me dis que c’est peut-être l’occasion de passer au side pull… c’est un signe ou non ? En tout cas, faut quand même que je rachète des rênes !

Pour notre prochaine course, en 2020, j’espère que nous n’aurons plus à courir sous la pluie… je croise les doigts !

Angélique

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :