Comment gérer ses allures en fonction du terrain ? – Partie 2

Comment gérer ses allures en fonction du terrain ? – Partie 2

Hello cher(-ère)s Cavalier(-ère)s,

Suite de l’article précédent. On avait vu la gestion des terrains profonds (sable, boue) et herbeux. On continue avec les cailloux, le bitume, l’eau…

Les terrains rocailleux

Ca, c’est quelque chose que nous avons découvert, avec le Sud de la France.

Les cailloux, ça fait peur : c’est source de blessure, et d’instabilité, de glissade… Nous en avons fait les frais à notre arrivée : coupures et bleime ont accueillis nos 1ers pas… et nous ont forcés au repos.

Ceci dit, les terrains rocailleux améliorent grandement la proprioception du cheval, (la perception de son corps dans l’espace) qui acquiert peu à peu, un « pied sûr » : il est capable de mieux poser ses pieds au sol, de mieux anticiper l’endroit et la façon de poser ses membres « indépendamment les uns des autres ».

Les cailloux sont souvent accompagnés de dénivelés, de quoi corser les difficultés de franchissement… mais aussi le savoir-faire et l’expérience de votre cheval, en combinant les terrains !

Attention en dénivelé : les cailloux peuvent jouer le rôle de roulements à billes. Il faudra donc une vigilance accrue, particulièrement en descente. Une allure basse sera préférable.

Les terrains rocailleux peuvent vous demander des adaptations au niveau de la protection du pied de votre cheval.

Si votre protection est faible, votre allure devra nécessairement être lente. Si votre protection est plus élevée, l’allure pourra se faire plus rapide.

A mon grand dam, j’ai du ferrer ET plaquer Cantad… et y ajouter des pointes en tungstène.

Les pointes servent de mini crampons, et les plaques (et le silicone injecté dessous) sont utiles pour protéger la sole et atténuer les vibrations. Ca a mis un coup dans mes convictions, mais je ne regrette pas : depuis, Cantad passe partout !

Voyez les cailloux comme une super opportunité : toute piste « lisse » sera un vrai bonheur !

Voilà ma gestion, sur terrains plats, depuis que Cantad a une protection du pied adéquate… Elle est quand même fonction du nombre et de la dangerosité des cailloux !

Sur terrains plats, avec une bonne ferrure, et des cailloux « raisonnables ».

Les terrains dur, types bitume, route, pistes terres très sèches…

Clairement, aucun cavalier n’aime rencontrer du bitume.

Nous préférons tous parcourir les terrains naturels, en forêt, dans les champs…

Mais la route est parfois un passage obligé, pour rejoindre un terrain plus propice, ou même lors d’une randonnée ou d’une course ! Et on n’a pas toujours la possibilité de profiter du bas-côté.

Les terrains durs provoquent des ondes de chocs et des retours de vibration dans le pied et les os du membre de votre cheval.

En petite quantité, et avec progressivité, ils sont un bons moyen de renforcer le squelette de votre cheval !

Sur des temps très longs, comme pour tout, on perd les avantages de renforcement, pour rentrer dans la zone de blessure, particulièrement sur les chevaux « fragiles » : attention aux fractures !

Dans terrains durs, on peut mettre le bitume, mais aussi les chemins en terre très secs pendant l’été : ce sont des faux amis.

Le bitume est une matière très abrasive pour le pied du cheval : les chevaux pieds nus seront clairement avantagés pour l’absorption des chocs, mais handicapés pour des passages longs ou fréquents.

La ferrure ou la chaussure sera un vrai atout ici : suivant la matière, les matériaux joueront un rôle amortisseur en plus de protéger le pied de l’abrasion. En particulier, si on rajoute des plaques et des polymères d’absorption.

Pour la ferrure, je conseille particulièrement l’ajout de pointe en tungstène, qui joueront le rôle de crampons. Leur forme est très éloignée des crampons de cross : les têtes sont toutes fines, et rondes. Elles apportent juste ce qu’il faut d’accroche, sur cailloux et bitume.

Pour les hipposandales, je ne sais que conseiller. Je pense néanmoins qu’elles ont des modèles pensés pour tout type de terrains.

Dans tous les cas, apprenez à faire contre mauvaise fortune, bon coeur ! Demandez à votre cheval de marcher, trotter sur routes : c’est un excellent exercice !

On peut faire même QUELQUES foulées de galop, si la protection du pied du cheval suit et si ça « accroche » bien. MAIS je mets un gros bémol là-dessus, le risque de chuter est élevé.

On attend d’avoir de bonnes conditions pour une route sèche, non glissante. Si la route est humide, ce sera à vous de sentir l’accroche.

Les bandes blanches peuvent faire peur aux chevaux : ils interprètent mal cette différence de couleur au sol, et peuvent faire des écarts, ou carrément ne pas vouloir passer dessus. Là encore, il faut prendre le temps de les habituer, sinon la situation peut dégénérer.

Ces bandes blanches sont aussi assez « lisses » par rapport au bitume : elles peuvent être glissantes. On se méfiera donc.

Un dernier point :

Attention aux virages, sur bitume : le risque de chute est particulièrement élevé dans les tournants. Mieux vaut repasser au pas, ou ralentir le trot, pour s’assurer d’avoir un cheval bien en équilibre.

Voici ma gestion :

Cantad est ferré et plaqué.

L’eau : flaques, cours d’eau et mer

Les flaques d’eau

Commençons par les flaques, que nous rencontrons plus souvent.

Petit préambule :

La vision d’un cheval et la nôtre diffèrent : les chevaux perçoivent moins bien la profondeur.

Aux yeux d’un cheval, une simple flaque peut ressembler à un puits abyssal : il n’arrive pas à en voir le fond. Surtout si il y a un reflet de soleil dessus.

Suivant l’expérience de votre cheval, il faudra donc y aller doucement de prime abord. Il lui faudra apprendre à faire confiance à votre jugement, et apprendre que la situation n’a rien de dangereux.

Pour les 1ers franchissements, chacun sa technique :
– mettre pied à terre et franchir, avec le cheval
– suivre un copain
– travailler à pied sur des situations de sol différents, puis appliquer en extérieur
voire même…

-franchir en marche arrière.

Promis, ça marche. On a testé avec Cantad, à nos débuts. La technique est la même que la marche avant : un pas, on récompense, on attend. Mouvement opposé. On refait un pas dans l’eau, on récompense, on attend…

Bref. La technique utilisée importe peu. Le style non plus. Un jour, à force de répétition, vous arriverez à la franchir en marche avant, à l’allure que vous voudrez.

Un conseil : si vous ne voyez pas le fond vous-même de la-dite flaque, et que vous ne connaissez pas le terrain, exercez le principe de précaution : contournez la flaque.

Hélas, la gestion de l’environnement par l’Homme n’est pas une préoccupation pour la majorité : Il suffit qu’il y ait au fond du verre, ou un déchet quelconque, et votre cheval pourrait s’y blesser.

Par la suite, pour un cheval habitué, la flaque devra être une formalité, à passer à n’importe quelle allure, modulo votre analyse sur les contours potentiellement glissants de la flaque et la présence de terrains collants.

J’évite d’apprendre à Cantad à « sauter » les flaques : si ça peut être pratique ponctuellement, ça devient vite la plaie quand les flaques s’enchaînent. Certains chevaux transforment le franchissement en ligne de sauts de puce. Galère.

Voici ma gestion des flaques :

Les cours d’eau/ La mer

galoper en bord de mer <3 crédit : pixabay

On rencontre rarement la mer en course d’endurance, mais ça peut arriver en balade ou en entraînement. Je l’inclus dans cette partie.

Rentrer dans l’eau n’est pas forcément une mince affaire pour les chevaux. Certains vont y aller naturellement, d’autres seront plus regardants.

Y aller en frontal est rarement une bonne idée. Pour les 1ères rentrées dans l’eau, que ce soit un cours d’eau ou la mer, préférez les approches « en biais », même si vous suivez un cheval.

Longez l’eau, et fermez l’angle gentiment, comme une tangente, si la métaphore mathématique vous parle.

Les contacts de ce genre se feront au pas, pour plus de sécurité, et pour laisser le temps au cheval d’aborder l’eau.

Pour les chevaux plus habitués, rentrer dans l’eau au trot ou au galop sera ensuite une formalité.

Pour franchir un cours d’eau en gué, ralentissez. Personnellement, j’aborde les gués, au pas ou au trot. Les berges peuvent présenter des cailloux, ou être glissantes.

Ensuite, tout dépendra de la profondeur, du courant et de la largeur du cours d’eau.

exemple : Pour ma dernière course d’endurance, à Villelaure début mars 2020, le Marderic est petit cours d’eau local qui fait 1,5 à 2 m de large. Une profondeur de 10 cm environ. Il y a un peu de courant, mais rien de méchant. Même moi, en tant qu’Humain, je pourrais le faire en courant. On voit bien le fond, il y a des cailloux, mais nous sommes habitués. Une foulée de pas pour rentrer dedans, 2 foulées de trot pour le traverser, et pour en ressortir. Sur la berge, cailloux, on repasse au pas.

Pour la mer, petite aparté : suivant la qualité du sable et votre position, il pourra avoir un effet « succion ». C’est dans un souci de dépense énergétique qu’il vous faudra raisonnner. Marcher, trotter, ou galoper dans la mer peut avoir des effets très bénéfiques :
massage de l’eau au niveau des membres
augmentation de la résistance, avec l’eau : ça augmente l’effort à fournir

Voici ma gestion :

La neige :

Je n’ai pas beaucoup d’expérience sur le sujet, mais j’ai déjà expérimenté 3 fois.

La neige… ça fait rêver ! crédit : pixabay

La neige, c’est connu, peut présenter divers états : nous l’adorons quand elle est toute belle et poudreuse. Nous émettons quelques réserves quand elle commence à fondre et à coller.

Et la transformation peut se faire rapidement.

Là, la gestion des allures se fera essentiellement selon le pied de votre cheval.

Les chevaux pieds nus s’en sortiront mieux !

Ils pourront adopter toutes les allures, pour peu qu’ils soient un peu habitués, et que la neige reste poudreuse. Attention, si l’épaisseur du manteau neigeux est conséquent, la fatigue se fera vite sentir. Qui veut aller loin ménagera sa monture.

Pour les autres, les chevaux ferrés, c’est plus compliqué. On s’est fait avoir Cantad et moi. On est partis avec une belle poudreuse, et 30 min plus tard, las ! Heureusement, on n’était pas partis bien loin.

La neige collante s’accumule sous la ferrure, et se compacte faisant basculer l’articulation du pied : le cheval se retrouve en « talons aiguilles ». Pas cool. Toute glissade peut provoquer une blessure.

Autant vous dire que si vous êtes dans ce cas là, c’est au pas et avec le cure-pieds toutes les 2 foulées que vous pouvez vous en sortir (ce que j’ai fait… ça a été long, mais un bon apprentissage !)

J’ai lu des conseils pour anticiper à la sortie suivante : bien graisser les pieds, ne pas curer pour laisser des éléments bloqués l’accumulation de neige. Rien de tout ça n’a fonctionné très longtemps.

J’y suis retournée en bricolant des « chaussettes » pour Cantad, pour éviter que la neige ne s’accumule sous le fer. Prometteur, mais la durée de vie a été limitée. Pour mon 2ème proto, hélas, la neige avait fondu…

Il existe un dispositif à mettre en place dans le fer : les huflex. Jamais testés, mais apparemment, ça existe.

huflex. crédit : belgiumamazone.over-blog.net

Bon, j’ai pas testé plus loin.

Mais galoper dans la neige n’est pas chose impossible. Encore une fois, il faut être bien équipé !

Il y a bien des courses sur neige… et le ski joering !

J’émets un bémol : autant j’avais confiance de sortir dans le Nord, malgré la neige : les sols sont plats et « lisses ». Autant je ne suis pas sûre de tester l’aventure dans nos montagnes sudistes pleines de cailloux et de trous.

Le verglas

Là, c’est facile. Je ne sors pas ! 😅 #Restezchezvous, comme on dirait en ce moment !

Je pense avoir fait le tour des principaux terrains. Vous en avez d’autres en tête ?

Angélique

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 Replies to “Comment gérer ses allures en fonction du terrain ? – Partie 2”

  1. Bonjour Angélique, merci pour cet article et le précédent qui sont super intéressants. J’ai une question, si tu étais convaincue par le pied nu, pourquoi avoir choisi les faire plutôt que les hipposandales ? Peut-être as-tu testé les hipposandales avant ?

    1. Bonjour Marie,
      merci pour ton retour sur les articles ! Contente que tu les aies trouvés utiles !
      Pour répondre à ta question, j’aurai effectivement préféré les hipposandales aux fers. Je te redonne le contexte : je vivais dans le Nord de la France, où les sols étaient « doux », et nous avons déménagé dans le Sud, 1000 km plus loin, en montagne : les sols sont caillouteux et très secs. Ce déménagement s’est fait en juin 2019. J’avais fait toutes mes qualifications pour aller à Lamotte. Mi juillet, nous remontions une partie de la France pour aller sur les championnats de France.
      Donc, j’étais un peu coincée : je voulais préserver Cantad pour ne pas « louper » les championnats, et je ne voulais pas prendre de risque non plus en commandant des hipposandales sans « vraiment » les tester.
      Quand j’ai voulu demander de l’aide aux professionnels venant jusque dans mes écuries (nous sommes un peu paumés et les professionnels qui se déplacent jusque là sont assez peu nombreux), aucun d’eux n’a pu me conseiller sur les hipposandales, et aucun d’eux n’avait la moindre idée du parage à faire (en terme de fréquence, aussi) pour que ça se passe bien. Etant ingénieure dans le matériel, je sais que le mauvais choix a des impacts importants sur le cheval, et sur le pied je m’y connais peu. Pas envie de choisir un modèle, l’acheter, pour finalement me rendre compte qu’il ne convient pas…et peut-être blesser Cantad !

      J’étais donc un peu coincée : pas de pro pour m’aider, pas de possibilité de tester les hipposandales, un timing d’adaptation et de réflexion court à cause des championnats… bref, j’ai lâché l’affaire. Et Cantad a été ferré.
      Voilà, donc, comment, bon gré mal gré, comment j’ai du prendre cette décision. Je ne la regrette pas plus que ça: Cantad n’a effectivement plus aucun problème et passe partout, à toutes les allures.

      Néanmoins, le coût de sa ferrure est élevé, et son renouvellement fréquent. C’est pourquoi je commence à me renseigner. C’est un investissement, qui vaudra le coup pour tout le monde, si on trouve le bon modèle ! Et j’aimerai bien la transition pendant l’hiver prochain…

      Parfois, même si on a des convictions profondes, on ne peut pas y aller tout de suite, il fait savoir trouver les compromis, entre timing, objectif sportif, accompagnement, ressource financière,…. J’espère avoir répondu à ta question !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :