La sangle, bien plus technique qu’on ne le pense.

La sangle, bien plus technique qu’on ne le pense.

Hello cher(-ère)s Cavalier(-ère)s,

Je réponds à vos questions posées en story, et on s’intéresse à la sangle !
Car si les cavaliers sont de plus en plus sensibilisés à l’adéquation de la selle avec le dos de leur cheval, ils oublient généralement la sangle !

La connaissez-vous réellement ? Car toutes les sangles ne se ressemblent pas ! Et les fabricants rivalisent d’idées pour habiller nos chevaux, selon nos moyens, nos possibilités, nos préférences…

Culture G au programme, neutralité garantie.

Article long, dense… mais j’ai préféré le faire en une fois. Vous aurez toutes les infos au même endroit !

A quoi sert la sangle ?

C’est la partie évidente : maintenir la selle sur le dos !

Et « maintenir », ça veut dire : stabiliser et équilibrer la selle, en entourant le ventre et ses sous-parties : sternum, côtes, et muscles.

Hors, ces zones participent aux mouvements, et… au fait de porter le cavalier !

Il y aura donc quelques précautions à prendre…

la sangle : elle recouvre une sacrée zone du corps ! crédit : scharffreedom.com

Où se positionne la sangle ?

Au niveau du passage de sangle, qui GENERALEMENT est une zone située à UN PLAT DE MAIN DERRIERE les coudes.

Ca, c’est la généralité, car ça va dépendre aussi de la forme des ventres et la morphologie des chevaux.

Déjà, retenons que la sangle ne passe pas juste derrière les coudes, car la selle doit se positionner après l’épaule. Donc, il doit y avoir un petit décalage.

A noter : si votre sangle « revient » à une position particulière, même si vous prenez la peine de la positionner à un autre endroit en début de séance, c’est normal… la sangle vient se positionner au passage de sangle de votre cheval. Et tant pis si ce n’est pas sa position intiale.

Comme le « saddle fitting » a vu le jour, place maintenant au « girth fitting » : trouver la sangle qui restera à sa place dans le temps !

Qu’est ce qu’une sangle « anatomique » ou « ergonomique » ?

Les fabricants utilisent généralement ces terminologies « anatomique » ou « ergonomique » pour signifier que le modèle n’est pas « droit », et a une forme spécifique.

On notera parmi les formes les plus basiques pour les sangles anatomiques, la fameuse découpe des coudes. Ici, les modèles Norton et Décathlon :

Si la sangle est symétrique, vous n’aurez pas à vous poser la question. Si par contre, il y a un côté « vague » et un côté « plat » : attention à bien la positionner ! 😉 Le côté « vague » est vers les antérieurs. Le côté « plat » est dirigé vers le ventre.

Cette forme permet de libérer la zone la plus proche des coudes du cheval, lui offrant ainsi un peu plus de confort pour bouger.

Certaines marques vont très loin dans l’ergonomie de la sangle, en ayant imaginé des formes de sangle spécifiques, selon la nature du ventre de son cheval. C’est le cas de Mattès, dont cette explication est devenue célèbre :

Mattès va très loin dans la forme de ses sangles. A chaque ventre, sa forme ! crédit : Mattès

Sanglons décalés ou pas décalés ?

Les sanglons décalés est un option possible, pour s’adapter à certaines formes de ventre, sans vraiment « toucher » le design de la sangle. Ci-dessous : Devoucoux à gauche, CWD à droite.

Parfois, vous pouvez constater en effet un trou d’écart entre le 1er et le 2ème sanglon, car le ventre de votre cheval est plus étroit à l’avant.

Avec les sanglons décalés, vous retrouvez visuellement les sanglons au même niveau sur vos contre sanglons.

Certains marques jouent aussi sur la position relative des boucles : elles sont liées entre elles et coulissent. A gauche : Forestier, à droite : Norton.

Mais où est la pression ?

Si la pression est censée être répartie équitablement sur la sangle, ce n’est pas toujours le cas : les blessures sont souvent constatées au passage de sangle.

Et s’il y a blessure, c’est qu’il y surpression OU frottements.

Ainsi, loin de l’intuition initiale, c’est généralement bien derrière les coudes que les surpressions peuvent se faire, et non sur le sternum.

Ainsi, les pressions les plus fortes sont sur le côté. Ce qui est normal : le ventre de nos chevaux n’est pas parfaitement rond, mais bien aplati. et « l’angle » est sur les côtés, c’est donc l’endroit le plus fragile.

La sangle impacte la locomotion du cheval, qui se retrouve entravé dans ses mouvements par une « mauvaise » sangle.

explication Fairfax. crédit : fairfaxsaddle.com

C’est aussi l’endroit où la peau n’est pas très épaisse.

Il y a cette étude sur laquelle Fairfax communique, en partenariat avec Centaur Biomechanics.

https://www.fairfaxsaddles.com/girths/girth-testing-and-design

Certaines marques se focalisent sur le sternum, pour éliminer la pression. En épousant mieux cette partie centrale, ils agiraient aussi sur la répartition globale du serrage. C’est le cas par exemple du modèle RP Jump de Prestige, ou encore Eric le Tixerant.

Leur design est souvent reconnaissable par une zone particulièrement travaillée au niveau du sternum. Ci-dessous : RP Jump de Prestige, et Eric le Tixerant.

Sangles articulées ?

Je les appelle les sangles « articulées » car elles sont souvent en plusieurs parties, qui peuvent bouger indépendamment les unes des autres.

Beaucoup d’avantages pour le cheval, puisque chaque partie pourra trouver sa place sans contraindre, ni être contrainte par les autres.

Explication de la liberté d’adaptation, pour la sangle Scharf Freedom. Crédit : Scharf Freedom (scharffreedom.com)

Parmi les marques qui ont lancé leurs modèles, notons Scharf Freedom, mais aussi le modèle Equisoft de Stübben, et Erre Plus, chacun dans son style (dans l’ordre d’apparition ci-dessous)

Les blessures au passage de sangle :

S’il y a blessure, ça vaut le coup de creuser un peu pour en chercher les causes.

Parmi les causes les plus fréquentes : le matériau en contact avec la peau, le serrage, les coudes pas assez dégagés, une sangle qui frotte car non adaptée à la forme du ventre.

La contrainte économique pouvant vite nous rattraper, un fourreau peut être une super option économique, pour s’éviter les désagréments de blessure.

Du plus basique, en mode « chaussette », en néoprène, en mouton… il y a tous les goûts et toutes les formes. Ci-dessous : chaussette tricotée Norton, fourreau Néoprène, fourreau mouton Mattès.

Un conseil cependant : Si votre cheval n’en a pas besoin, n’en mettez pas !

Elastiques ? ou Sans élastiques ?

Déjà, il vaut mieux élastiques des 2 côtés, ou pas d’élastiques du tout. On évitera les sangles avec élastique que d’un côté… à moins de savoir les positionner !

Pourquoi ?

Dans la conception de la sangle, l’élastique était originalement positionné à droite, et cela partait d’une bonne volonté du fabricant : donner un peu d’ampleur à la sangle, pour qu’elle puisse un peu mieux accompagner les déformations du ventre en mouvement.

Ci dessous, à gauche : Prestige / à droite : Padd

Hélas, message mal compris de la part des cavaliers : ils mettaient tous l’élastique à gauche (la sangle à l’envers, donc).

Hélas, l’élastique joue un rôle différent, s’il est à gauche, il donne plus de force pour sangler ; alors qu’à droite, il joue plutôt le régulateur pour mieux répartir la pression du sanglage.

Au moins, si vous avez des élastiques des 2 côtés, vous allez répartir la pression bien mieux. Car vous allez essayer d’être symétrique dans les trous utilisés. Donc, ça réduit les chances de « déséquilibrer » le sanglage, et de sangler plus d’un côté que l’autre.

A noter que parfois, les fabricants ont du changer leurs fusils d’épaules. Leurs produits étant systématiquement mis à l’envers par les cavaliers, ils ont fini par les « inverser »… et donc prévoir l’élastique côté gauche, sanglage. On peut discuter de la logique derrière, certes, mais ce n’est pas le sujet. C’est le cas des modèles ci-dessous, par exemple :

Là, on met quand même l’élastique côté gauche, puisque le fabricant l’a bien prévu comme ça : la découpe des coudes reste l’indicateur premier !

J’attire néanmoins votre attention :

L’élastique en se déformant, surtout lorsque vous êtes à cheval, avec le petit effet poulie de la boucle, vous donne une force suffisante pour trop serrer votre cheval… Alors si vous avez des élastiques, faites bien attention à ne pas trop sangler !

Personne n’aime avoir la respiration coupée. Si jamais vous avez utilisé une ceinture cardiaque de running dans votre vie, et qu’elle est trop serrée, vous comprenez vite que ça ne va pas du tout !

A l’inverse, si vous utilisez une sangle sans élastique, l’analogie avec nos ceintures de pantalon parle davantage : le réglage doit être juste.

Trop serré, vous ne pouvez pas respirer et ressemblez à un muffin. Trop lâche, votre pantalon descend.

Bref, on le comprend : la sangle doit être ajustée au mieux, pour maintenir la selle, et votre sécurité, mais ne pas couper votre cheval en 2.

Sanglage haut ou bas ?

Ca dépendra de votre selle, et de vos préférences personnelles.

Dans tous les cas, veillez à ce que les boucles ne soient pas au contact direct de la peau de votre cheval.

Les sangles courtes qui ne proposent pas de petite « patte » de protection se font de plus en plus rares. Les sangles longues ne mettent jamais en contact les boucles et la peau : on est tranquilles !

Quelle taille choisir ?

Idéalement, mesurez la distance entre les trous situés au milieu des contre sanglons, de part et d’autres. Les fabricants vont de 10 cm en 10 cm, ou parfois même de 5 cm en 5 cm.

Les fabricants vous aident en vous proposant une corrélation entre la taille de votre cheval et la taille des sangles. Cette corrélation est faite à titre indicatif, mais ça vous donne une base pour démarrer !

A noter que parfois, rajouter un amortisseur, ou passer sur un tapis épais peut vous faire basculer de taille de sangle !

Quels critères ?

Pour toutes les sangles :

La souplesse, pour bien épouser la forme du ventre de votre cheval.

La largeur, pour répartir le sanglage sur une surface raisonnable.

Selon les besoins de la discipline, ou vos envies personnelles :

La respirabilité ? Choisir des matières qui permettent à cette partie d’être relativement aérée pendant l’effort est une bonne chose. L’accumulation d’humidité peut créer des blessures.

La gestion de la transpiration ? Certaines matières feront « mousser » plus que d’autres. Car au lieu d’absorber ou d’éliminer la transpiration, elles favorisent l’accumulation.

Selon la discipline, ça peut aller. En rando ou en endurance, on évitera.

La protection (pour le CSO, ou le cross) : la bavette. Ce point de protection sera indispensable pour ces 2 disciplines.

Ci dessous : sangle Gaston Mercier, et GT Concept.

Saluons le travail design de GT concept : qui a allié la respirabilité et la protection… un design GENIAL !

Quelques mots sur les matériaux :

Le cuir : matériau usuel pour l’équipement du cheval. Doit absolument être souple. Le mauvais cuir existe et cause des soucis. Matériau non respirant, favorisant la transpiration. Demande de l’entretien.

Le synthétique : vaste catégorie pour désigner tout ce qui n’est pas cuir, ou presque. Selon le synthétique, la sangle sèchera vite, favorisera la circulation d’air. Demande peu d’entretien.

Le mouton : matériau intéressant pour les chevaux à la peau sensible. L’épaisseur du mouton isole bien la peau fragile. Elle peut absorber beaucoup d’eau, sans donner la sensation d’humidité. Mettra du temps à sécher. Se tassera au fur et à mesure des séances. Coût élevé, et demande de l’entretien.

Le faux mouton : à bannir. N’a aucun des intérêts de la peau véritable : retient la transpiration, devient humide, n’absorbe pas l’eau… Seuls avantages : le look du mouton, à prix bas.

Le mesh : en terme de construction, l’épaisseur du matériau varie, et on peut en trouver de toutes les formes. Facilite la circulation d’air. Attention, pour les structures trop rigides, on peut entendre un « croustillement » (plus dans les tapis par exemple, quand la structure travaille avec le poids du cavalier et de la selle).

Le néoprène : contact très bien toléré par la peau du cheval, même si certains chevaux pourront être allergiques

Le gel : peut être intéressant, pour le côté mémoire de forme. Privilégier les mousses néanmoins.

Entretien ?

Peu importe le matériau, l’entretien devra être régulier. Enlever régulièrement les poils et la crasse accumulée.

Pour le cuir, l’entretien sera plus régulier que pour le synthétique.

Anneaux ? pourquoi combien ?

Généralement, les sangles ont un anneau central : pratique pour le collier de chasse, et les enrênements « courants » : rênes allemandes, élastique…

Si vous souhaitez utiliser plusieurs accessoires de selle en même temps, il est préférable de répartir les attaches sur différents anneaux de la sangle.

les anneaux sur le côté ne sont pas systématiques. l’anneau/ le mousqueton central l’est davantage. Ici, sangle Reverdy.

Voilà pourquoi certains fabricants proposent aussi des anneaux sur les côtés.

Pour les bavettes, choisir les modèles où le mousqueton central est protégé, ou recouvert en partie. Il y a déjà eu des accidents où les chevaux se prenaient les fers ou les crampons dans ce mousqueton central. Accident spectaculaire…

Certains fabricants vous obligeront à acheter le collier de chasse ou l’enrênement qui ira avec leur bavette, de part le système d’attache. C’est le cas de Dy’on par exemple, avec son système « click and ride ». On peut comprendre leur point de vue : le système est extrêmement plat, aucun risque à priori de se prendre les pieds dedans !

Vous l’aurez compris : la sangle est un accessoire très poussé, en terme de conception ! Et pourtant peu mis à l’honneur…

Vous êtes arrivés jusque là ? WAOUH ! Vous avez sûrement appris un truc !

Angélique

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 Replies to “La sangle, bien plus technique qu’on ne le pense.”

  1. L’article est super complet!!
    Merci pour ce super descriptif, je ne m’attendais pas à un si grand et bel article en posant la question 😋😂

    1. Ahah ! excellent ! J’ai du bosser tellement de trucs pour Dkt, ça me fait plaisir de faire ce genre d’articles ! Au plaisir ! Et qui sait, hâte d’avoir ta prochaine question… 😜

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :