Technologie et Equitation : Equisense vs Seaver

Technologie et Equitation : Equisense vs Seaver

Mis à jour le 20 novembre 2020

Hello Cher(-ère)s Cavalier(-ère)s,

Aujourd’hui, on parle technologie, et capteur connecté.

A l’occasion d’un post récent, où l’Hiver (et son confinement V2) est l’occasion de s’intéresser davantage au travail de fond en carrière, l’utilisation d’un capteur connecté me paraît important.

Et j’ai alors reçue une question récurrente sur la semaine qui a suivi : (promis, j’ai reçu 14 fois la question en MP, sur 4 jours)

Quel capteur acheter : Equisense ou Seaver ?

J’ai adopté Seaver il y a longtemps déjà, lorsqu’ils étaient les seuls à proposer le cardio, en plus de l’analyse de la locomotion. C’est comme ça que mon choix s’est fait à l’origine. Il y a quelques semaines, j’ai profité de l’offre de reprise et j’ai donc le ceefit/ ceepulse.

Alors, pour lancer la comparaison avec Equisense, j’avais besoin de vous !

Cet article comparatif n’aurait pas été possible sans les cavaliers suivants, que je tiens à remercier, pour avoir partagé avec moi, leurs captures d’écran, mais aussi leurs ressentis sur leur utilisation.

Un grand merci, pour avoir partagé avec moi leur ressenti sur le Motion S, à : (sur Instagram) Venin et Manon de @les_galops_st_michel, @happyhorses.ch, (et sur Facebook) Marie Christine Segard, Orelie Valmou, No Emy, et Jeny Derumier.

1. Préambule : De la technologie dans l’équitation… mais pourquoi ?

Gadgets ? Ou réelles avancées ? Ces capteurs et leurs applications sont pour moi une réelle opportunité de professionnalisation des cavaliers. Non pas qu’il n’y a pas de professionnels dans l’équitation, ce n’est pas ce que je dis.

Mais chaque cavalier qui possède ce capteur, peut par lui-même commencer à jauger son cheval, à voir sa progression, non pas via les yeux d’un moniteur, mais via des données rendues visuelles. Il peut allier son ressenti à des informations scientifiques, mesurées, facilement compréhensibles. Il peut faire le lien entre des exercices, et leurs effets sur la locomotion de son cheval.

Quel formidable outil, pour tout cavalier ! 🎉😎🆒

A ce jour, il y a 5 acteurs à ma connaissance, qui proposent des capteurs pour le cheval monté :

  • Polar : spécialiste des cardio-fréquencemètres ;
  • Arioneo : capteur plutôt spécialisé dans l’entraînement des chevaux de course ;
  • Equisense, pour l’analyse locomotion et cardiaque ;
  • Seaver, pour l’analyse locomotion et cardiaque.
  • et le petit dernier, Movin’Smart (plus connu dans le milieu de l’endurance, à ce jour) Movin’Smart détaille la locomotion du cheval, et l’impact que le cavalier a sur celle-ci… car le cavalier porte un capteur lui aussi ! Movin’Smart va sacrément nous mettre des baffes, si vous voulez mon avis ! 😅

Il est temps maintenant d’aborder la comparaison Equisense vs Seaver.

2. Equisense vs Seaver : niveau prix, ça donne quoi ?

prix au 19 Novembre 2020, source : boutiques Equisense et Seaver

Au niveau prix, l’écart est important entre le ceefit et le motion. C’est un écart vraiment notable, puisqu’on a quand même 50 euros dans la balance…

Si vous souhaitez la fonction « analyse cardiaque », les prix sont globalement identiques.

Globalement, car certaines fonctionnalités de Seaver sont optionnelles et payantes. On y  reviendra plus tard dans l’article.

Plusieurs points d’attention : 

Chez Equisense : pour ceux qui ont le Motion, ils ne peuvent pas « juste » acheter l’électrode déportée et transformer leur Motion en Motion S. Ils sont bien obligés de racheter le Motion S en entier.

A noter que le Motion S peut s’utiliser sans électrode, le transformant en Motion. Donc, ça marche dans un sens, mais pas dans l’autre. Là, je voulais vous embrouiller, c’est cadeau. 😜

De ce point de vue là, c’est compréhensible : le capteur 1ère génération n’était pas conçu pour y rajouter la fonction cardio. Si on souhaite accéder à cette analyse, il faut racheter tout le système. Les fonctionnalités déjà disponibles sur la 1ère génération du capteur le sont toujours sur la suivante.

pack motion S- Equisense- crédit : boutique Equisense

Chez Seaver : le capteur 1ère génération va être arrêté, au profit du ceefit / ceepulse. Une offre de reprise a été offerte aux utilisateurs du 1er capteur (communication via la newsletter et les réseaux sociaux). 

A noter que Ceefit (le capteur) peut être acheté seul, grâce à un clip, et également utilisé dans le système Ceefit/ ceepulse (le « sandwich » avec les électrodes).

Et pour rendre les choses un peu plus claires, si besoin : le ceefit de Seaver, c’est uniquement le capteur, qui est livré avec un petit clip :

le capteur ceefit de seaver

et le système Ceefit/pulse, c’est le sandwich : 

3. Comparaison des fonctionnalités disponibles : 

A noter que je m’intéresse particulièrement aux capteurs en tant que cavalier d’endurance, où le cardio est plus important à mes yeux, que l’analyse des sauts. (désolée 😁😅)

Je passe donc cette partie sous silence, n’étant finalement pas une cavalière pertinente pour juger des critères d’analyse de sauts.

Ci-dessous, j’ai comparé les critères que je trouve intéressants, pour la locomotion et le cardio en mode « endurance ».

Quelques captures d’écran, pour vous illustrer tout ça :

(crédit des photos equisense : @No Emy/ Crédit photo seaver : collection personnelle)

Le plus chez Equisense, la superposition sur le tracé GPS de la symétrie : très pratique si on détecte une asymétrie, de se poser la question du moment et du lieu => cailloux ? boue ?, et ainsi expliquer/ pondérer ou non l’apparition de l’irrégularité.

D’un point de vue lisibilité, Equisense l’emporte en détaillant davantage, de manière rapide : codes couleurs/ infos temporelles/ fourchettes de vitesse (et carte plus grande)

tracé GPS et symétrie. Equisense. Crédit : les_galops_st_michel

Le plus chez Seaver : la superposition de la courbe cardiaque avec la courbe de vitesse, sur la globalité de la séance.

Par exemple, sur la courbe ci-dessous, on voit les 2 pics où Cantad a eu peur des pokémons. Sur une séance de galop, ou une course, ça permet de voir l’exercice dans sa globalité en lecture rapide.

A propos du temps de récupération :

L’avantage Equisense :

En accès libre, il est calculé lorsque la fréquence cardiaque du cheval dépasse 130 bpm pendant plus de 30 secondes, et que cette dernière s’est stabilisée au moins 30 secondes sous la barre des 64 bpm.

Ce 64 bpm n’a pas été choisi par hasard : c’est la limite établie par la FEI, dans le règlement, pour les cavaliers d’endurance ! Si ça, c’est pas un appel du pied… 😜

C’est clair que ça ne doit pas être applicable tout le temps, mais direct, je trouve ça super pratique, typiquement pour les séances de galop !

L’avantage Seaver :

Ils proposent des fonctionnalités supplémentaires avec « Santé + », telles que l’Electrocardiogramme, le « fitness shape test » mais aussi le temps de récupération, l’évaluation du stress, la performance à V140 et V200… Ces fonctionnalités sont payantes, soit via un abonnement à 9,90 €/ mois, soit à la demande (sans abonnement donc) à 4,90 € l’unité.

Un test accessible, alors qu’il ne pouvait jusque là, s’effectuer qu’en présence d’un vétérinaire… un bonus santé indéniable, aussi bien pour l’entraînement que pour les détections de pathologies !

Disponible également sur Santé +, un test à l’effort, avec toutes les données nécessaires :

Et également :

Le test « Performance V140/ V200 » est particulièrement intéressant pour l’endurance. Seaver le rend accessible via cette fonctionnalité : par soi-même, c’est un peu prise de tête à mettre en oeuvre…

Pas encore testés à ce jour… mais je compte bien le faire, quand les entraînements endurance auront repris !

4. Les fonctionnalités en temps réel

Elles sont bien plus réduites chez Seaver : on ne dispose « que » du cardio, de la vitesse, du chronométrage, et des calories dépensées.

Au contraire d’Equisense, qui en propose pas moins de 17 (fonctionnalités) en temps réel, une grande partie de celles de l’appli en fait : en plus du cardio, de la vitesse, du chrono ou des calories, on peut aussi avoir le ratio main gauche/droite, la symétrie, le temps passé à chaque allure… un gros plus pour ajuster en temps réel !

5. L’application :

Beaucoup plus ludique et interactive chez Equisense, l’application propose un « coach virtuel » avec des petites phrases d’encouragement, des commentaires sur vos séances… mais aussi des suggestions d’exercices à la fin de chacune de vos séances.

Par comparaison, l’application seaver est beaucoup plus « distante » et « froide ».

L’avantage Equisense :

Au niveau données, un gros travail d’accessibilité a été fait chez Equisense, pour les rendre ludiques, visuelles, faciles.

Ils ont rendu le progrès « visuel », grâce à des petites flèches sous chaque indicateur. Ainsi le cavalier peut comparer chaque donnée de la séance, par rapport à la moyenne des 20 séances précédentes.

Une interrogation (parce qu’à ce stade, je cherche le petit défaut 😆)

Si le fait de comparer est GENIAL, je m’interroge sur la couleur des flèches.

Ces comparaisons sont peut-être moins adaptées sur certains domaines aux cavaliers d’endurance : il faut savoir garder un peu de recul. Par exemple, sur le rebond en endurance, où un cheval qui a des foulées rasantes est préféré, le progrès ne serait-il pas d’avoir un rebond de moins en moins élevé ? Question que je me pose régulièrement !

Bon ou mauvais en progression ? A pondérer selon plein de critères… je serai moins catégorique sur la couleur de la flèche 😆

Idem pour la FC : une petite couleur verte ferait bien plaisir, en ayant une FC qui baisse… on a un cheval en meilleure forme ! c’est du détail, mais ça aide à la lecture visuelle. (je me répète : il fallait bien trouver quelques défauts, non ? 😆)

Se comparer :

Chez Equisense, le cavalier peut comparer son cheval aux autres chevaux du même type, parmi des catégories pré-établies.

Exemple ici : No Emy peut comparer son cheval Max aux chevaux du même âge et de la même race. De quoi se donner une bonne estimation, et adapter l’entraînement.

L’avantage Seaver :

Chez Seaver, la donnée est davantage « brute » : elle apporte plus de détails. Mais cela réduit l’exploitation des données aux plus chevronnés, les néophytes n’y voyant qu’une jolie courbe avec plein de couleurs.

Exemple ici avec l’analyse du rebond sur toute une séance :

Zackaria avait parlé de la possibilité de comparer son cheval à d’autres catégories de chevaux, lorsqu’il était passé sur notre épisode du podcast. A voir si cette fonctionnalité apparaîtra bientôt. 🤞

6. La praticité d’utilisation

Pour recharger le capteur :

Côté capteur, les 2 sont devenus amovibles facilement. On peut choisir de laisser l’attache et seul le capteur doit maintenant être manipulé : pratique pour le recharger.

(Ceux qui ont eu la v1 du capteur Seaver me comprendront : pas super pratique de devoir enlever et trimballer le « sandwich » à chaque fois)

La mise en place :

Dans les 2 cas, un mètre ruban est fourni pour pouvoir rentrer certaines données de « dimension » du cheval : sa taille, son poids,… ça fait un peu transpirer, mais une fois que les données sont rentrées, on oublie !

Au sanglage, avec la fonction « cardio » :

Côté cardio et électrode, chaque marque a eu son parti pris :

Equisense a choisi une électrode déportée à utiliser ou non, amovible par pression. Ca ne change ainsi pas beaucoup la gestuelle du sanglage pour le cavalier. L’attache de sangle reste en cuir : parti pris.

Seaver a choisi de conserver son « sandwich » autour de la sangle. L’électrode déportée, qui était amovible sur la 1ère génération, en est maintenant solidaire. En valeur perçue, elle fait plus robuste et plus confortable que la version précédente.

Le ceepulse « sandwich » m’inspire davantage : le matériau, type mesh épais, est plus souple, plus résistant et donne une plus grande impression de confort pour le cheval. Bonne valeur perçue, donc. Et il est en matériau synthétique : plus pratique à entretenir, sans compter qu’il plaira davantage aux cavaliers réticents à l’utilisation du cuir.

Par contre, l’utilisation du ceepulse change ma gestuelle de sanglage : pour ne pas avoir l’électrode (badigeonnée de gel) qui traîne au sol durant cette phase, je dois commencer par sangler côté droit, ensuite je positionne l’électrode déportée sous le tapis, et je finis de sangler côté gauche.

Alors que j’ai tendance à faire l’inverse si on me laisse sangler « naturellement ». Absolument pas dramatique, mais je remarque que maintenant, il y a un « bon » ordre si je veux éviter d’avoir de la terre collée au gel de mon électrode.

(et oui, cas personnel : dans nos écuries, j’ai une aire de pansage « en pleine nature », sans béton sous mes pieds)

Côté couleur, on reste dans un choix restreint : noir ou marron pour être passe partout et invisible chez Equisense (sauf la zone du capteur qui est orange) / Noir et bleu chez Seaver.

(Ca ne devrait pas gêner beaucoup de cavaliers… même si, en endurance, on aime bien avoir la même couleur partout ! 😅)

Le bonus : le gel de contact !

Il fait maintenant partie du pack, quand on achète le produit, peu importe la marque. Un gros point bonus qui facilite énormément la mesure des données cardiaques.

C’est clairement la faiblesse chez les 2 marques : toutes les remontées de mécontentement que j’ai eues, se sont concentrées sur ce point : le cardio et son fonctionnement.

D’ailleurs, le gel de contact, je ne connaissais pas, mais ça ne colle pas et ça s’évapore vite : on peut l’étaler à la main, sans avoir besoin de les laver. En attendant un peu, le temps de finir de sangler en fait, on se rend compte que le gel a disparu, sans laisser une sensation collante.

Ca c’est cool pour l’hiver => ça évite de devoir se passer les mains sous l’eau froide des écuries !

Pour certains chevaux (le mien, entre autre), il faut en mettre une sacrée dose… Je pense que ça va être un consommable qu’il va me falloir racheter très souvent…

7. Le SAV

Là, j’ai eu des retours globalement très bons, pour les 2 marques. Le problème n°1 que l’on m’a remonté, c’est la non captation du cardio. Vous avez été nombreux à demander de l’aide aux 2 marques, et à chaque fois, vous avez eu des réponses ou conseils.

Parfois, les marques ont été impuissantes à vous expliquer pourquoi sur votre cheval, cela ne fonctionnait pas… mais vous êtes globalement tous très satisfaits de la qualité de réponse et de la rapidité et de la disponibilité des 2 marques !

8. Aparté sur un parcours client de « consommable »

Je partage un parcours client (le mien, en l’occurence) sur le fameux gel de contact. Probablement disponible en pharmacie, j’ai quand même tenté d’en acheter sur les sites respectifs des 2 capteurs : je sens que ça va être un consommable récurrent.

Sur Equisense :

Dès qu’on clique sur « boutique », on tombe sur une page générale où le gel est naturellement proposé. A la rédaction de cet article, le gel est à 9,90 € les 250 mL chez Equisense, avec une offre à partir de 6 flacons.

Sur Seaver :

Pas super pratique d’acheter du gel de contact sur le site. On ne voit pas la page « boutique » avec l’intégralité des produits de la boutique. Si vous cliquez sur « accessoires », vous tombez sur la page de l’accessoire de la vignette, et non la page « accessoires » globale. Et le produit n’est pas suggéré non plus… Du coup, je ne sais pas si Seaver vend du gel de contact ou non (mais vu qu’ils en fournissent dans le pack initial…), mais je n’ai pas trouvé la page du produit. 🤷‍♀️

9. L’accompagnement des cavaliers

Gros boom des podcasts équestres en ce moment, Seaver propose dorénavant son propre podcast, pour accompagner vocalement ses cavaliers, et donner des détails sur les fonctionnalités du capteur. Ils viennent de le lancer : les épisodes s’accumulent gentiment. Une grosse source d’éducation et de compréhension, pour utiliser finement le capteur pour les futurs entraînements.

Equisense joue à fond la carte du blogging et des exercices sur demande. C’est notamment grâce à leur énorme banque d’exercices, qu’ils se sont fait connaître. Nombreux sont les cavaliers qui vont régulièrement jeter un oeil pour y piocher de l’inspiration, pour la séance à venir.

Conclusion :

Si j’essaye de résumer :

Cette comparaison, je le répète, est menée dans un cadre « équitation d’extérieur », et laissera sur leur faim les cavaliers de CSO.

Equisense me paraît plus ludique, tant dans l’application que dans la lecture des données,… Ils ont choisi d’accompagner leurs cavaliers via leur blog et l’énorme base de données d’exercices.

Pour 399,00 €, Equisense est un excellent capteur pour aider à l’entraînement cardio et musculaire, en particulier quand on monte seul(-e) régulièrement.

Pour cette même somme, Seaver délivre plus de données « brutes » et me semble davantage adapté pour des cavaliers qui ont envie d’aller plus en profondeur dans l’intellectualisation et l’analyse des entraînements. Leur accompagnement se fera davantage avec le podcast et les programmes qu’ils incrémentent dans l’application.

Et bien sûr, Seaver a « l’exclusivité » à ce jour des fonctionnalités « inédites » que sont l’électrocardiogramme, le fitness shape test… exclusivité qui a néanmoins un surcoût : 9,90 euros/ mois en abonnement.

Selon la somme que vous voulez allouer, le ton de la marque, et la profondeur d’analyse souhaitée, cela devrait vous orienter vers l’un ou l’autre des capteurs.

Angélique

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :