10 questions sur la vue chez le cheval

10 questions sur la vue chez le cheval

Hello Cher(-ère)s Cavalier(-ère)s,

Des fois, je me dis que Cantad et moi, on ne voit décidément pas la même chose : comment se fait-il qu’il réagisse autant, là où je ne vois que des cailloux et des fleurs ?

Devant un si grand mystère, j’ai donc amélioré ma culture G, en me renseignant sur la vision du cheval.

Aujourd’hui, je réponds à :

Concrètement, comment voit-il, mon cheval ?

Qu’est ce que ça change pour moi ?

 

1.Comment fonctionne un oeil ?

crédit : Nouveau Manuel Vétérinaire pour propriétaires de chevaux, N.S. Loving

Qu’il soit humain ou animal, un oeil fonctionne de la même façon : la lumière traverse la cornée, l’iris, et est réceptionnée par des cellules qui convertissent la lumière en influx nerveux. C’est le cerveau ensuite qui traite cet influx pour réassembler une image.

Au fond de l’oeil, il existe 2 types de cellules : les cônes (plutôt spécialisés dans la couleur) et les bâtonnets (plutôt spécialisés dans la vision en noir et blanc, et l’intensité lumineuse). les cônes sont localisés dans l’axe de l’iris, les bâtonnets sont eux en périphérie.

 

 

 

2.Voit-il les mêmes couleurs que nous ?
NON. Comme les cellules au fond (les cônes) de son oeil ne sont pas sensibles aux mêmes couleurs que nous, le cheval n’a pas le même paysage que nous sous les yeux. Il a à priori des difficultés à voir les couleurs « rouges », mais plutôt du bleu, du jaune, du gris.

crédit : La Vision chez le cheval. PL Toutain. 3 mai 2010. Comparaison des couleurs

Comment voit-il le rouge alors ?

Prenons l’exemple d’une pomme rouge et d’une pomme verte. 1ère ligne : notre vision humaine / 2ème ligne : la vision du cheval

crédit : en.wikipedia.com – Vision Humaine en haut vs vision Cheval en bas

 

 

 

 

 

 

3.A-t-il le même champ de vision ?
NON, il a un champ de vision plus large, mais moins détaillé. Le cheval est une proie, il a donc besoin de voir un champ très large, pour détecter un prédateur. Il voit en 3D uniquement dans un champ de vision étroit, la zone violette ci-dessous, où il voit avec les 2 yeux. Sur les côtés, il a plutôt une vue en 2 dimensions. (comme nous si on ferme un oeil. C’est un peu plus compliqué d’attraper des objets, mais pas impossible).
Attention à vous quand vous faites irruption dans son champ de vision, vous pourriez le surprendre… Surtout si vous arrivez par l’arrière, il ne vous voit pas ! Gare aux postérieurs : il pourrait vouloir vous éloigner… de manière un peu brutale.

crédit : haras nationaux, ifce, « le cheval ne voit pas du tout comme nous »

 

 

4.Voit-il les mêmes détails que nous ?
NON, son champ de vision est large, mais sa vision est moins détaillée : les détails sont détectés par les cônes. Or, le cheval en a bien moins. Sa capacité à voir les détails n’est pas aussi performante. Si un gros truc lui fonce dessus, en tant que proie, il n’a pas besoin d’en distinguer les moindres détails : il fuit !

=> Attention quand vous êtes en extérieur, notamment sur les routes : les bus, ou tout autre véhicule imposant fait vraiment très peur. Imaginez une grosse masse « indéfinie » qui vous fonce dessus… vous aussi, vous pourriez fuir !

 

5.A-t-il le même temps d’adaptation quand on passe de l’ombre à la lumière (ou inversement) ?
Non, le cheval met plus de temps à adapter sa vue quand il passe d’un milieu très éclairé à un milieu plus sombre. Pour nous, quelques secondes suffisent, pour lui, le délai est plus long :
les bâtonnets (vision noir et blanc et intensité lumière) ont besoin de 20 à 30 min pour s’habituer à un changement de luminosité, quant aux cônes (vision des couleurs), il leur faut 2 à 3 minutes.

passer de l’ombre à la lumière : un cheval ébloui pendant quelques minutes !

=> C’est pour ça qu’il peut refuser de monter dans un van (qui lui paraît tout sombre), ou qu’il y a un petit temps d’hésitation quand il passe dans une zone d’ombre… Pour le van, si vous avez une porte au fond, ouvrez la : vous allez augmenter la luminosité globale dans le van, et donc amoindrir un peu le contraste !

ouvrez la porte du fond si vous pouvez : ça l’aidera à monter

6.Comme son oeil est plus gros que le nôtre, voit-il plus gros que nous ? Un obstacle lui paraît-il plus imposant ?
NON, le cheval voit selon la même échelle que nous. Si l’obstacle vous paraît imposant, votre cheval le trouvera probablement imposant aussi… A vous donc de ne pas vous laisser impressionner, ça devrait vous aider à être convaincant, et votre cheval puisera son courage dans le vôtre 🙂

 

7.Voit-il mieux que nous la nuit ?
OUI, OUI, OUI. Il voit très bien dans la nuit. Le cheval possède 20 fois plus de bâtonnets, les cellules au fond de l’oeil qui sont sensibles à la lumière. Ainsi, même avec une faible luminosité, comme son oeil a plus de récepteurs, il capte bien plus de lumière !

crédit : pixabay.com

 

8.Est-il gêné pour voir dans certaines positions ?
OUI, suivant sa position et ce qu’on peut lui demander. Dans l’idéal, il faudrait lui laisser bouger la tête pour mettre l’objet en question dans son champ de vision binoculaire, pour qu’il puisse appréhender la difficulté en 3 dimensions.
=> Dressage : En position « placée », chanfrein vertical, voire un peu trop fermé, son angle de vue est très restreint : il doit donc nous faire confiance pour la direction. Encapuchonné, c’est carrément pire : il ne voit que ses antérieurs !

crédit : en.wikipedia.com – Le cheval ne voit que le sol quand il est placé.

=> Obstacle : Il lui est impossible de sauter avec un angle d’encolure trop fermé ou trop ouvert. Soit il voit l’obstacle au dernier moment, soit il ne le voit pas… Compliqué pour sauter. Le mieux est de laisser le cheval se positionner lui-même, en maintenant le contact dans les dernières foulées. Laissez le voir où il met les pieds.

crédit : en.wikipedia.com – à l’obstacle, il faut laisser le cheval plus ouvert, pour qu’il puisse appréhender l’obstacle, de loin.

=> Extérieur : si une difficulté fait face, laissez votre cheval avancer l’encolure : il a ainsi le temps d’appréhender l’objet à son rythme. Ne le retenez pas s’il veut baisser la tête pour voir cette passerelle : si vous lui laissez le temps de bien regarder, ça l’aidera à passer la difficulté.

 

9.Et les fameuses flaques d’eau, pourquoi en a-t-il peur ?
A cause des reflets sur l’eau, le cheval a beaucoup de mal à appréhender la profondeur de la flaque en question. Et aucun cheval ne souhaite marcher dans « un puits », alors, dans le doute… il vous faudra travailler la confiance, pour qu’il puisse se reposer sur votre jugement quand il a des doutes… et au fur et à mesure, il comprendra de lui-même que les flaques et l’eau, ce n’est pas si dangereux, en fin de compte !

Quand moi, je ne vois qu’une flaque d’eau… crédit : pompinette.com
https://www.pompinette.com/2017/05/21/nous-ne-voyons-pas-les-mêmes-monstres/

10.Un cheval peut-il être myope ? hypermétrope ?…
Pourquoi pas ? Un oeil, qu’il soit humain ou équin, peut être soumis aux mêmes déformations. des irrégularités qui sont « courantes » chez nous peuvent l’être chez le cheval, mais on ne saura pas le détecter, et surtout, le corriger…
Dans certains cas, la perte de la vue du cheval a été détectée suite à
 des comportements « différents » : il touche de plus en plus les barres, réagit plus vivement quand des objets/personnes arrivent à sa gauche ou à sa droite… ça doit vous mettre la puce à l’oreille, parlez-en à votre véto !

 

Soyons plus compréhensifs, et essayons d’être un partenaire pour nos chevaux, qu’ils nous accordent une confiance aveugle !

Angélique

2 Replies to “10 questions sur la vue chez le cheval”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :