Comment savoir si mon cheval est au bon poids?

Comment savoir si mon cheval est au bon poids?

Hello Cher(-ère)s Cavalier(-ère)s,

Comme dirait ma grand-mère: « Mieux vaut faire envie que pitié«  … Et pourtant tout comme la maigreur, l’obésité est néfaste pour la santé.

L’obésité des chevaux est un des problèmes majeurs rencontrés par les vétérinaires en Europe. Elle entraîne par exemple un risque accru de:

  • fourbure
  • arthrose
  • maladie cardiovasculaire
  • difficulté à réguler la température corporelle
  • résistance à l’insuline
  • colique
  • fatigue
  • et favorise aussi le développement du syndrôme de Cushing.

En tant qu’amoureux de nos chevaux il est impératif de les maintenir au bon poids toute l’année (chers conjoints… cessez d’être jaloux de nos chevaux ou nous nous mettrons à surveiller aussi votre poids de forme).

Un examen tous les mois est recommandé pour les chevaux de sport et tous les 2 mois pour les chevaux de loisir. En assurant ce contrôle régulier et en archivant les résultats vous apprendrez à mieux connaître votre cheval et vous pourrez réagir vite en cas de changement de poids anormal. Toute variation de poids rapide est anormale qu’il s’agisse d’une hausse ou d’une baisse et doit faire l’objet d’un examen vétérinaire.

 

Comment savoir si mon cheval est à son bon poids?

Contrairement à ce que l’on pense, estimer l’état corporel du cheval (en bref, savoir s’il est trop gros, trop maigre ou juste comme il faut) est à la portée de tous. Comme nous, le cheval stocke la graisse à des endroits stratégiques qu’il suffit d’observer et de toucher:

Soyez vigilant, un simple examen visuel peut être erroné à cause d’une masse musculaire importante ou d’un poil d’hiver très épais. Lors de l’examen par palpation, n’hésitez pas à faire rouler la graisse sous vos doigts et à effectuer des pressions avec le plat de la main pour estimer l’étendue de la masse graisseuse, son épaisseur et sa consistance

Petit conseil sécurité, si votre cheval est délicat ou chatouilleux pensez à demander de l’aide et à porter une bombe.

 

Commencez par examiner la partie supérieure de l’encolure, joliment appelée chignon. Pincez la entre votre pouce et vos doigts et appréciez l’épaisseur de cette zone graisseuse. Le chignon est-il inexistant, légèrement visible ou épais et bombé?

 

Descendez au niveau du garrot. L’examen de cette zone est essentiellement visuelle. Selon les chevaux le garrot sera plus ou moins saillant. Il sera même parfois « noyé » c’est à dire quasiment invisible.

 

Observez ensuite l’arrière de l’épaule: il sera parfois creux et deviendra bombé lorsque le cheval s’étoffe. N’hésitez pas à palper cette zone avec le plat de votre main: effectuez quelques pressions et estimer le rebond du tissu adipeux (un peu comme la gélatine).

 

Vient l’examen de la ligne de dos. La colonne vertébrale est-elle fortement apparente, arrivez vous facilement à attraper les vertèbres entre vos doigts? Ou au contraire la colonne est-elle inaccessible, formant une ligne creuse dissociant parfaitement le côté droit du côté gauche de votre cheval?

L’examen des côtes est en général le plus utilisé par les cavaliers. L’examen visuel vous permet de constater si elles sont apparentes ou non, vous pourrez aussi vérifier si elles sont palpables en faisant glisser votre main le long de cette zone.

La forme de la croupe en particulier au niveau des pointes des fesses et des hanches est un bon indicateur. Elles deviennent saillantes lorsque le cheval maigrit.

Enfin regardez l’attache de la queue: se détache t-elle fortement de la croupe ou est-elle invisible?

Maintenant que vous avez bien observé votre cheval, il vous suffit de noter chaque zone de 1 à 5 dans le tableau ci dessous (proposé par les Haras Nationaux) il vous permet de d’obtenir une note moyenne que l’on appelle Note d’Etat Corporel.


Bravo! Vous connaissez désormais la note attribuée à votre cheval.

 

Comment interpréter la note d’état corporel?

Elle varie en fonction de la race, la discipline pratiquée et à la morphologie mais dans tous les cas les notes 1 et 5 doivent vous faire consulter en urgence votre vétérinaire, dans un cas comme dans l’autre il vous accompagnera pour établir un régime et un traitement adapté tout en évitant les carences en vitamines et minéraux.

NOTE = 1: Vous vous en doutiez plus le squelette est visible plus le cheval est maigre. La maigreur, souvent associée à un acte de maltraitance, peut aussi être un signe de vieillesse ou de maladie. Si vous rencontrez un cheval que vous ne connaissez pas, soyez donc vigilant aux jugements hâtifs vis-à-vis des propriétaires. Toutefois, si le cheval ne semble pas bénéficier de soins suffisants, votre devoir est d’alerter les services vétérinaires ou la gendarmerie. 

NOTE = 5: Comme pour nous, les rondeurs sont à surveiller tandis que les excès de rondeur imposent un régime drastique. Je sais qu’il est difficile de mettre un cheval à la diète mais si votre vétérinaire vous l’a conseillé, dites vous que c’est pour son bien. Des maladies telles que la fourbure entraînent une grande souffrance. Mieux vaut donc prévenir que guérir.

NOTE = 2 à 4:  Pour faire simple, voici les préconisations:

  • 2 à 2,5: les chevaux de course, complet, endurance et les jeunes chevaux en croissance.
  • 3 à 3,5: les poneys, poulinières, étalons et chevaux d’obstacles ET de dressage

 

Comment agir si votre cheval est légèrement trop gros ou légèrement trop maigre?

Vous nourrissez votre cheval avec un aliment industriel? Modifiez progressivement les quantités que vous distribuez et vérifiez que l’UFC de votre aliment est bien adapté à son niveau d’activité (plus l’UFC est élevé plus l’apport énergétique est important). Si votre aliment n’est pas adapté vous pouvez le changer en effectuant une période de transition alimentaire.

Votre cheval est au pré? Adoptez la même logique en augmentant ou en diminuant la surface de pâturage.

Pensez aussi à adapter son entrainement: le cheval ayant un petit embonpoint a probablement besoin d’exercice tandis qu’un cheval un peu maigrichon peut avoir un entrainement plus léger.

Enfin, je vous conseille de faire le point au moins une fois par an avec votre vétérinaire (lors de l’examen préalable aux vaccins par exemple). En évitant une surcharge pondérale ou une carence énergétique vous aiderez votre cheval à être en bonne santé mais aussi plus performant.

Audrey.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :