Déménager avec son cheval : notre retour d’expérience.

Déménager avec son cheval : notre retour d’expérience.

Hello cher(-ère)s Cavalier(-ère)s,

Notre périple : de Chéreng (Lille) à Caussols (Nice)

Aujourd’hui, je prends le temps de vous partager comment Cantad et moi, on a parcouru 1240 km, pour notre déménagement. Nous avons traversé la France du Nord au Sud, de Lille vers Nice.

Nous vous partageons donc notre expérience… A vous d’y piocher de bonnes idées, pour vos prochains trajets !

Etape 1 : la révision du van ! 🚚

Etape importante, à faire chaque année.

La révision d’un van vous assurera un bon voyage : graissage de la tête de flèche, de la roue jockey, vérification des lumières, vérification des pneumatiques, du système de freinage, du serrage des boulons…

Anecdote : Heureusement que j’ai fait cette révision, sans quoi je pense qu’on aurait eu un gros souci sur l’autoroute ! 😱

Prenez soin de votre van et de votre voiture : ils vous emmèneront loin !

Mes pneus avaient une bande de roulement très peu usée, mais par contre, ils étaient craquelés sur les côtés. Ce qui est tout à fait normal, pour des pneus qui avaient… 6 ans ! Ils n’avaient donc jamais été changés depuis l’immatriculation du van.

Lors de l’achat de ce van, en occasion il y a un an, j’avais regardé les pneus, mais pas d’aussi près. Or, un pneu craquelé présente des risques d’éclatement plus grand, avec le poids du cheval, un long trajet, et… la chaleur !

Autant vous dire que pour le périple qu’on allait entamer : 1200 km, avec Cantad et une canicule, j’ai fait changer les 4 pneus, pour être tranquille.

Je recommande vivement !

Je conseille Remorques du Nord, pour les Nordistes : tarif raisonnable, délai très court, bons conseils, personnel au top et sens du service… j’espère trouver l’équivalent dans le Sud ! (je suis preneuse d’adresses, si vous en connaissez !)

Etape 2 : Inspection avant départ (pour avoir le temps de réagir si besoin) 🔎

Inspectez le matériel la veille ne donne pas suffisamment de temps si il y a une nécessité de réparation. S’y prendre quelques jours avant permet une plus grande tranquillité d’esprit.

Ce qui nous est arrivé : pour ceux qui ont suivi nos aventures, ma voiture est tombée en panne mi-avril, alors que nous allions à la mer avec Cantad. La panne était causée par le faisceau électronique du van (le moyen de relier les lumières de la voiture au système de lumières du van). Du coup, le garage me l’a changé, mais… j’ai maintenant un faisceau à 13 broches… et mon van a un faisceau à 7 broches !

Pas besoin d’avoir fait Poplytechnique pour se rendre compte que ça se ne s’emboitera pas !

Heureusement que je ne m’en suis pas rendue compte le jour J.

Remorques du Nord a profité de la révision pour me poser l’adaptateur qui va bien. J’ai serré un peu les fesses pour aller jusqu’à leur garage sans lumières sur le van, mais ça s’est bien passé !

Etape 3 : S’adapter aux conditions météo ☀️🌧

Ces conseils sont valables peu importe la saison. Pour nous, ça a été la chaleur…

Regardez la météo de chacune des grosses villes où vous allez passer, aux heures approximatives de votre passage. De quoi anticiper, et prévoir les passages difficiles, et les moments où les pauses devront être plus rapprochées.

Ce qu’on a fait : Notre départ a du se faire pendant la canicule. 2 jours avant, je vois la polémique sur les médias sociaux suite à l’annonce du Ministre de l’Agriculture sur BFM TV : interdiction de transporter les animaux.

Certes, il parlait davantage d’activité commerciale. Mais si des gendarmes me bloquent sur l’autoroute avec Cantad…

  1. Je dois déménager : pas trop le choix. Ce ne sont pas des événements qu’on peut si facilement repousser... Nous travaillons en semaine, les dates ont été calées dans les écuries de départ et d’arrivée…
  2. Je n’ai pas envie que Cantad me fasse un coup de sang. Je tiens à mon cheval.
  3. J’ai bien conscience qu’il peut être difficile de lui porter secours sur les aires d’autoroute (entre l’interdiction de débarquer un cheval sur les aires de repos et la difficulté d’avoir un véto rapidement…)

Autant vous dire qu’il FAUT que ça se passe bien…
Plutôt que l’abandon de notre trajet, je m’oriente vers l’ADAPTATION et le BON SENS.

  1. Partir plus tôt, pour profiter au maximum des heures où les températures sont clémentes. ⏰🌡
  2. Proposer à son cheval de boire souvent. 🥤🚰
  3. S’il ne boit pas (ce qui est le cas de Cantad : il n’est pas à l’aise pour boire dans un van), lui proposer du foin mouillé, et l’arroser régulièrement, pour compenser les pertes dues à la transpiration.🌱💦🚿
  4. Prévoir une chemise en microfibre, à mouiller et mettre sur le cheval en cas de nécessité, pour le rafraîchir. 💦

On est donc partis à 05h30 le samedi, avec 3 bidons de 20 L d’eau avec nous (achetés en magasin de bricolage, norme alimentaire), 1 grosse éponge, 2 seaux (1 pour boire, 1 pour humidifier l’éponge), 1 chemise en microfibre.

Si nous utilisons toute l’eau, il y a toujours la possibilité de s’arrêter sur les aires d’autoroute pour re-remplir nos bidons.

Petite astuce qui marche bien avec Cantad : je lui fais boire un peu d’eau à la seringue. Certes, il ne boit pas beaucoup, mais l’apport de 150 à 200 mL (3 à 4 seringues) à chaque pause est mieux que rien. C’est un petit plus.

Etape 4 : Préparation du cheval, et de la voiture !

Pour compenser les pertes en minéraux que Cantad va subir pendant le trajet, et avec la chaleur, je lui ai donné des électrolytes 2 jours avant, à la fin de chaque journée de voyage et 2 jours après.

les électrolytes : un atout pour les grosses chaleurs, ou les gros efforts !
source : decathlon.fr

Le bonus : Si comme moi, vous êtes convaincue que votre cheval comprend ce que vous dites, expliquez lui le but du déplacement ! Moi, j’ai expliqué à Cantad qu’on allait déménager, pour le préparer psychologiquement !

Comme ce voyage était lié au déménagement, nous avons choisi de prendre les affaires de Cantad avec nous, et non pas de les mettre dans le camion de déménagement. J’ai de la chance : j’ai un utilitaire, un Citroen Jumpy : de quoi emmener sans problème la garde-robe, les aliments, la selle, les seaux, la boîte de pansage… (des affaires de notre déménagement à nous) mais aussi son ballon !

Oh le bordel ! Je suis un boulet !

L’organisation de la voiture est un point clé : tout ce dont vous aurez besoin pendant le trajet doit être accessible.

Anecdote : je m’étais loupée sur la nourriture de Cantad pour le samedi soir : obligée de remanier les affaires pour aller chercher le sac d’aliment… pas top !

Etape 5 : Pauses !

On peut penser que la multiplication des pauses est une perte de temps. C’est ARCHI FAUX !

Pour 2 raisons :

  1. parce que vous devez prendre soin de vous : toutes les 2 heures max, une pause permet de rester vigilant sur la route.

Pour nous : Je suis la seule conductrice. Mon conjoint sera avec moi, mais compte tenu de ma voiture (un utilitaire), il faut l’extension de permis B96 pour tracter Cantad. Guillaume ne peut donc pas me relayer… Les pauses ont donc brisé la monotonie du voyage et me requinquaient !

2. Parce que c’est bien pour votre cheval : ça permet de faire un check régulier de son état.

Anecdote : Pour les pauses déjeuner, j’ai déjeuné avec Cantad, en ouvrant la porte avant du van et en m’asseyant avec lui. De quoi rassurer Cantad, et moi, en même temps !

Conseil évident, mais parfois difficile à faire : Se garer au maximum à l’ombre, quand on peut !

Etape 6 : Vérifiez l’hydratation de votre cheval.

Le test du pli de peau dans l’encolure, est un test simple pour vérifier le taux d’hydratation de votre cheval.

Prenez un petit pli de peau au niveau de l’encolure : pincez et relâcher immédiatement. Si la peau revient à la normale dans la seconde, tout va bien. Entre 2 à 3 secondes, votre cheval est déshydraté. Au Delà de 3 secondes, votre cheval est en déshydratation sévère.

Des indices précieux pour se rassurer sur la bonne santé de son cheval, et agir si besoin !

Etape 7 : Les aires de repos !

Truc bête : faire de l’essence. C’était un point qui me stressait un peu sur les autoroutes.

Les aires d’autoroute sont bien pensées : dites-vous que ceux qui ont des caravanes y arrivent, alors pourquoi pas avec un van ?

Faites bien attention, pour vous garer, de suivre les panneaux parking « caravanes » ou « poids lourds » : vous aurez de la place pour vous garer, sans avoir à manoeuvrer !

Etape 8 : Faites des étapes.

www.equimov.fr

Traverser la France de Lille vers Nice peut être faisable en voiture, sur la journée (mais quelle journée !).

Avec nos contraintes (en van avec une vitesse réduite, en période de grosse chaleur et avec moi en conducteur unique), je souhaitais étaler notre périple sur 2 jours.

Grâce au site Equimov, j’ai réservé un box paddock pour Cantad dans une écurie/ferme pédagogique qui s’appelle le Domaine de Cecolia, pour la nuit du samedi au dimanche, vers Lyon (environ à mi-trajet).

Anecdote : Cantad a été accueilli avec des carottes par la propriétaire de l’écurie ! Elle a été aux petits soins pour lui : en plus du foin, du grand boxe de 16 m2, Cantad a eu un gigantesque paddock herbe pour lui tout seul !

Une pause étape bienvenue, qui a permis à Cantad de manger/boire/se dégourdir les jambes et d’être en forme pour la seconde partie du trajet ! (et nous aussi, par la même occasion !)

(Au passage, on voit ici que nous nous sommes faits bizuter par les copains la veille du départ : Cantad a eu du vernis sur les 4 sabots, et un coeur sur la fesse, pour nous souhaiter un bon voyage ! ) 💅💜

Etape 9 : Anticiper le trajet

Difficile quand on ne connaît pas la région : nous, nous avons suivi le GPS (bêtement, je dois dire)

Sauf que celui-ci, pour vous aider à arriver plus vite, vous fait passer dans des endroits pas toujours faciles quand vous avez un van.

Anecdote : Nous devions aller à Caussols, en montagne, dans l’arrière pays niçois, près de Grasse. Le GPS nous a fait quitté l’autoroute « trop tôt » et voulait nous faire passer par de jolis petits villages… On aurait adoré le trajet, si seulement nous étions « seuls ».

Une des rues principales de Grasse : là ça va, mais juste après c’est interdit au plus de 3,5 T…
on reviendra, mais sans le van !

Hélas, impossible pour nous, avec la maniabilité réduite qu’impose un van, et surtout, surtout, les interdictions pour les véhicules de plus de 3,5 tonnes !

Si vous connaissez un GPS où l’on peut rentrer ses contraintes (de poids, de hauteurs…), je veux bien vos conseils !

La dernière partie du trajet a donc été stressante, le temps de retrouver un axe routier « large » pour nous mener aux écuries. Heureusement que mon copilote a bien géré !

Etape 10 : les soins à l’arrivée !

Prenez soin de votre cheval : il a passé un long moment dans son van. C’est sûrement encore plus dur pour lui, que pour vous…

Alors, consacrez vous à fond pour lui : mettez le à l’aise !

Pour nous, ça a été douche, mini marche, repas… et électrolyte ! Bien sûr, veillez à ce qu’il ait de l’eau à volonté, et du foin. Faites un rapide check-up des membres, pour détecter les éventuelles gonfles.

On a choisi de faire un passage au box, avant de mettre Cantad dehors (que ce soit à l’étape, ou à l’arrivée), histoire de pouvoir lui faire ses soins.

Après, il a été libre comme l’air, pour pouvoir compenser une journée d’immobilité !

Etape 11 (peut être l’étape 0 également) : Soyez positif !

Les voyages ont toujours leurs lots de stress et d’inconforts… mais il y a toujours des choses sympas à raconter !

Quelques photos du voyage :

Nous, on a croisé un bateau, vu des champs de lavande (on savait qu’on se rapprochait, du coup !), des gens nous ont fait coucou (je pense que c’était plus pour Cantad, que pour nous, mais bon… 😅)

Alors, n’oubliez pas votre bonne humeur, elle vous aidera à bien voyager. Souvent, quand on se dit que ça va bien se passer, vous savez quoi ?… ça se passe bien !

Aujourd’hui, on peut dire que nous sommes des Grands Voyageurs, et, ça c’est super classe ! Alors, à votre tour ! 😎

Angélique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :