Poils, tontes & couvertures : 1ère Partie.

Poils, tontes & couvertures : 1ère Partie.

Hello Cher(ère)s Cavalier(-ère)s,

Chaque année, c’est la même chose : en ces périodes de froid, se pose évidemment l’épineuse question : « tondre ou ne pas tondre ? » ou encore sa variante « couvrir ou ne pas couvrir ? »

Vous avez généralement 2 camps :

Les « anti couvertures » et les « pro couvertures », selon l’activité du cheval durant l’Hiver.

crédit : inconnu

Sauf que tout n’est pas si simple.

Historique personnel :
Hiver 2016 et 2017 : Nord de la France. pas de tonte, pas de couverture
Hiver 2018 : Nord de la France. pas de tonte, une couverture polaire
Hiver 2019 : Région montagneuse. 1100 m d’altitude. pas de tonte, une couverture 200G

Attends Angé, t’es en train de nous dire que tu fais les 2 ?
C’est pas un peu saugrenu ça ?

T’as froid, c’est ça ? donc tu penses que Cantad aussi ?

NON.

J’ai juste constaté que le manteau poilu naturel de mon cheval ne lui suffisait pas… Explications.

1.Le mécanisme de thermorégulation chez le cheval

Pour un cheval non tondu, la zone de confort thermique est comprise entre +5°C et +25°C, sous des climats tempérés comme le nôtre. Par comparaison, pour nous Humains, cette zone est très centrée et limitée aux alentours de 25°C.

En dessous, le cheval va devoir faire « brûler de l’énergie » et limiter les pertes de chaleur pour maintenir sa température corporelle (mouvements, frissons, diminution de la taille de certains vaisseaux sanguins, poils hérissés, rythme respiratoire plus faible…) ;

Au-dessus, il va chercher à évacuer la chaleur excédentaire (transpiration, respiration accélérée, dilatation de certains vaisseaux sanguins…)

Pour combattre le froid, le cheval va développer une pilosité plus forte, se constituer une couche de tissus graisseux, et va devoir manger davantage et se déplacer.

A priori, un cheval aurait besoin de 10% d’énergie en plus lorsque les températures sont comprises entre -10°C et 0°C, pour lutter contre le froid.

2. Les conditions de vie : ça change tout.

Pas besoin d’être un génie si vous avez lu la phrase précédente : si votre cheval vit en extérieur, avec un abri, et qu’il a accès à du foin à volonté, il y a de fortes chances qu’il s’adapte comme un grand au froid, sans votre aide.

Ceci dit, tous les chevaux n’ont pas cette possibilité.

Le paddock de Cantad est en pente, jonché de cailloux, avec pas mal de boue… pas facile pour lui de marcher en continu pour se réchauffer. Et qui plus est, il ne bénéficie pas de foin à volonté… Et le soir, moment où les températures sont les plus basses, il est rentré au box. Certes, on gagne quelques degrés par rapport à l’extérieur, mais tout de même.

Aïe. A priori, c’est mal barré pour passer ce 1er hiver montagnard sans couvertures, même si on laisse les poils.

Je ne vis pas constamment aux écuries, il y a quelques semaines, quand la température flirtait avec les 5°C, j’ai observé : mon Cantad avait la queue plaquée, les membres légèrement sous lui… il commençait à avoir froid ! (Au passage, on a fait une communication animale à ce moment là, et c’est un point qu’il a partagé…)

Pourtant, il n’est pas tondu…

Les copains autour, ça allait, mais lui…

Alors, même s’il n’était pas tondu, j’ai rajouté une couverture à mon cheval. Comme j’avais pu le faire l’hiver précédent.

3. Chevaux « sang chaud » vs « sang froid » ?

D’abord, on rétablit tout de suite la vérité :

Les chevaux étant des mammifères, ils ont tous le sang chaud, biologiquement parlant.

Ils doivent en effet maintenir leur température corporelle aux alentours de 37°, contrairement aux animaux dits « à sang froid », dont la température corporelle varie en fonction du milieu dans lequel il se trouve.

Les termes de « sang chaud » et « sang froid » font référence au tempérament du cheval, qui a généralement un lien avec ses origines et sa race.

Les chevaux ayant des origines arabes, akhal téké, pur-sang, sont généralement agiles, rapides, vifs. On va généralement les qualifier, ainsi que les croisements faits à partir de ces races, comme « sang chaud », ou « près du sang ».

Originaires des pays chauds du Moyen-Orient, ils ont la peau fine, des silhouettes élancées, des trais raffinés, de plus faibles taux de tissus graisseux : la Nature a favorisé chez eux l’évacuation de la chaleur, plutôt que son stockage.

A l’inverse, pour les races de chevaux originaires des régions aux climats tempérés ou froids, les caractéristiques sont différentes : les chevaux sont généralement plus puissants, plus trapus. Ils peuvent emmagasiner plus de graisse, ont une peau plus épaisse, et un poil plus dense. Bref, ils sont davantage adaptés à maintenir leur chaleur corporelle qu’à la disperser.

Donc, entre un Pur-sang Arabe et un Fjord, même si aucun des 2 n’est tondu, y en a qui va mieux résister aux chaleurs de l’été, et l’autre aux rigueurs de l’hiver…

Mauviette, mauviette, mauviette !
Mais non mon Cantad, tu n’es pas une mauviette !

4. Pourquoi je couvre mon cheval, même sans le tondre.

Parce que j’ai observé, et capitalisé. Je peux affirmer que tous les chevaux ne sont pas égaux face au froid. Comme les Humains, certains supportent mieux les températures basses que d’autres.

Par exemple, dans mes anciennes écuries, il y a Vini, trotteur, qui fait très peu de poils en hiver ! Ses propriétaires le laissent « nu » et il n’a jamais montré le moindre signe de froid.

Il y a aussi Loulou, ce shetland d’1 m au garrot, qui a une fourrure de 4 cm d’épaisseur. Lui non plus n’a pas froid.

Dans mes écuries actuelles, il y a Aladin, pur-sang arabe, qui dans sa jeunesse, ne tolérait aucune couverture, même par -20°C.

Et puis, il y a Cantad.

En 2016, quand j’ai acheté Cantad, il avait un poil d’ours. Il vivait dehors, en troupeau, et avait du foin à volonté. Il n’était pas tondu, et n’a jamais montré de signe de froid.

2016, 4 ans, un poil de bébé, de l’espace et du foin… sans couette !

En 2017, je ne le tonds pas non plus. Son poil me paraît un peu moins épais, mais bon… Par méconnaissance, je n’ai pas bien interprété les signes.

Cantad vivait en box pendant l’Hiver. (Avant de crier à l’assassin, je rappelle que dans le Nord de la France, une partie des terres est préservée pendant l’Hiver, afin d’avoir de beaux prés durant l’été. Les chevaux sont donc rentrés au box d’Octobre à Avril). Il a eu la goutte au nez et la queue plaquée en permanence. Rien de bien méchant, mais en y réfléchissant, avec le recul, j’aurai du réagir…

L’hiver 2018 : pas de tonte, une couverture polaire
Cette fois, je fais attention à ces signes. Pas envie de le voir avec la goutte au nez, je ne tonds pas, mais je lui rajoute une polaire en plus.

2018 : du poil mais un pyjama

Certains me regardèrent avec les yeux ronds, mais tant pis !

J’ai trouvé un cheval en bien meilleure forme durant l’Hiver ! Pas de goutte au nez, et une queue en panache, comme à son habitude !



L’hiver 2019 : on réitère => pas de tonte, et une couverture.
Maintenant que je sais que Cantad a besoin d’un coup de pouce… Cette fois, je rajoute un peu de grammage et un côté imperméable : nous sommes en montagne. Mi octobre, on atteignait déjà les 0°C la nuit. Mi décembre, les températures sont dorénavant négatives. Et ça va empirer.

Certes, en journée, lorsqu’il fait beau, cette couverture est probablement un peu chaude, mais ce n’est pas tout le temps facile de passer aux écuries faire l’adaptation de couvertures.

5. Ne jamais dire « JAMAIS »

J’aime bien laisser la Nature faire à sa guise : elle fait rarement quelque chose par hasard. Plutôt que de lutter contre elle, je préfère aller dans son sens.

Je n’ai jamais tondu Cantad, et sincèrement, je ne souhaite pas le faire.

Ceci dit, nous avons une course d’endurance dimanche prochain.

Et ça change un peu la donne…

Alors, j’aimerai trouver un temps cette semaine, pour tondre en partie mon cheval… pour l’aider dans son confort thermique pendant cette course !

Mais ça, ce sera pour la suite de l’article : Poils, tontes & couvertures, partie 2 !

Angélique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :