Muscler son cheval [#1- le dos /extension d’encolure]

Muscler son cheval [#1- le dos /extension d’encolure]

Hello Cher(-ère)s Cavalier(-ère)s,

Attention, aujourd’hui, on parle du dos du cheval. Et d’un exercice qui peut faire couler beaucoup d’encre, et qui est assez controversé. Je vous parle donc de mon expérience, puisque j’ai testé moi-même, sur mon propre cheval. Les résultats sont là : ça a marché pour moi !

L’exercice en question : lextension d’encolure.

Vous le savez, chez nous, une mauvaise posture au travail est à l’origine de biens des soucis : problème de dos pour les manutentionnaires, problème à la main pour les cadres qui tapent à l’ordinateur…

Pour les chevaux, c’est la même chose :

Une mauvaise posture pour le cheval au travail peut entraîner des problèmes de santé musculaires (surdéveloppement ou atrophie), altérer la locomotion (pincement des nerfs), abîmer les os et articulations, altérer la circulation sanguine, et donc affecter le fonctionnement des organes internes et le système digestif.

Cantad a connu ses problèmes :

=> Son muscle du dos était tout dur : il avait des problèmes de dos récurrents ; une sensibilité accrue au sellage (on a modifié les matelassures de la selle)…
=> Son ventre était « proéminent », alors que sa ration était contrôlée : ses abdos étaient peu toniques, d’où le fait que son ventre « sortait »
=> il était souvent bloqué à la jonction sacro-iliaque (fin du dos-début des reins) et avait des problèmes de circulation sanguine au niveau de la fin de son dos.

Cantad, en bon cheval arabe, avait une attitude désastreuse quand je le montais : pleine de fougue, mais Ô combien mauvaise : nez en l’air, dos creux, queue en panache.
Pour vous illustrer, voici une photo de nous à la 1ère séance d' »état des lieux » et une autre prise cette semaine :

à gauche : tête haut, dos creux, précipitation et pas de concentration/ A droite : encolure plus basse, dos plus tendu, beaucoup plus concentré

(au passage, moi aussi  séance n°1, j’avais besoin d’être recadrée dans ma position. Ca va mieux aujourd’hui, grâce à Audrey et des petits exos de mise en selle -sans torture- : on en reparlera dans un prochain article ^^).

 

On note quand même un progrès, même si il y a encore du chemin à faire ! C’est mieux au pas qu’au trot, mais on avance. 12 semaines qu’on bosse dessus, à raison d’une séance par semaine en manège.


Pourquoi travailler avec une encolure en position étendue et basse ?

Lorsque la tête est en position basse, il se passe des choses géniales chez votre cheval :

  • la mise en traction du ligament de l’encolure assure le soutien du dos via le ligament qui court le long de celui-ci (c’est comme si on tirait, et qu’on venait tendre le « câble » le long du dos)
  • la sollicitation des muscles de la ceinture thoracique permet la montée de la base de l’encolure et le soutien de l’avant main

 

  • les espaces entre les têtes des vertèbres dorsales deviennent plus grands : ce qui permet au cheval de porter plus facilement le poids de son cavalier
  • un alignement correct des vertèbres permet un passage dégagé des nerfs dans le canal vertébral

 

On retient :

=> une encolure basse vient « étirer le dos »
=> elle permet aux vertèbres dorsales de s’éloigner les unes des autres : pas de chevauchement d’os, ou pincement de nerfs
=> cette position aide à soulager les problèmes de dos, voire même à les éviter.

Effet bonus : cette position permet de travailler davantage la décontraction mentale mais aussi les abdominaux de son cheval !
=> On bosse le dos ; et les abdos, c’est cadeau ! 🙂

Chacune de nos séances devrait donc débuter par une phase de détente dans une attitude basse et étendue. En plus d’être bénéfique pour l’échauffement de tous les chevaux, elle est essentielle pour les jeunes chevaux, comme Cantad, qui manque de musculature et de forces.

 

Alors, comment lui apprendre à descendre son nez et étendre son dos ?

Voici un exercice « facile », idéal pour débuter : aucune connaissance de dressage de haut niveau n’est nécessaire.

Matériel : plots et barre au sol.
Disposez les plots en carré, afin de matérialiser le cercle que vous devez dessiner.
Placez une barre au sol sur votre tracé. A chaque fois que vous passez la barre au sol, ouvrez les doigts. Récompensez dès que votre cheval initie le moindre mouvement vers le bas. Au fur et à mesure des passages, votre cheval va comprendre où vous voulez en venir, et descendra. Et avec un peu de temps, quand il aura compris que ça lui fait du bien au dos, ce sera beaucoup plus naturel !

 

Faites marcher votre imagination pour les variantes ! L’idée est d’avoir une barre qui « matérialise » l’ouverture des doigts et la descente d’encolure. Rajoutez des barres sur le même cercle, ajoutez un autre cercle, faites un parcours de barre au sol… Votre seule limite sera votre imagination 🙂

Je suis ravie de cet exercice : pour moi, ça marche.
#TestéEtApprouvé

PS : Oliveira et Michel Robert préconisent cet exercice durant la détente 😉

PPS : Si vous avez des retours d’expériences à nous faire sur cet exercice, mettez les en commentaires. On est curieuses de savoir ce qui a marché (ou pas) pour vous !

Angélique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :