Les effets de l’entraînement

Les effets de l’entraînement

Hello Cher(-ère)s Cavalier(-ère)s,
Après avoir abordé le « désentraînement », il y a quelques semaines, il serait temps qu’on parle des effets de l’entraînement :
Ca fait maintenant 5 semaines qu’on a repris le boulot. On s’entraîne, on s’entraîne…

Et s’entraîner, c’est 2 choses : travailler la technique, et travailler le physique.

L’entraînement impacte le corps entier, et a des effets sur chacun des paramètres physiologiques.

Arrêt sur image :

 

Vous voulez plus d’informations ? Détaillons un peu :

EFFET DE L’ENTRAINEMENT SUR LES POUMONS

Poumon : On t’a amené un petit quelque chose
Cœur : J’adore ! je vais le partager avec tout le monde !
crédit : theawkwardyeti.com

 

L’entrainement ne permet pas d’augmenter le volume des poumons. Mais il permet d’apprendre à « souffler » à son cheval. Il augmente ainsi le volume d’air inspiré et expiré sur un temps donné. La respiration se fait plus « efficace ».

Les efforts permettent d’augmenter la force et la résistance des muscles respiratoires appelés intercostaux et diaphragme. L’optimisation de ces muscles permet de ventiler plus rapidement et de maintenir un rythme respiratoire élevé pendant longtemps.

 

 

 

 

EFFET DE L’ENTRAINEMENT SUR LE COEUR

Le rythme cardiaque au repos de Cantad a baissé de 2 pulsations depuis la 1ère course. Le début des bénéfices de notre entraînement ?

L’entrainement fait augmenter le volume du cœur.
Ce développement est lent (compter environ 2 ans) et dépend du travail effectué : l’augmentation du volume n’a pas lieu aux mêmes endroits.

L’entrainement permet de baisser le rythme cardiaque pour un effort donné.
Avec les répétitions, le corps s’habitue, et le même effort demandera moins d’énergie au cheval.

La fréquence cardiaque maximale (200 pulsations par minutes environ) est propre à chaque cheval, et n’est pas améliorable. Elle diminue même avec l’âge.

Par contre, une activité soutenue améliore la capacité du cheval à retrouver rapidement une fréquence cardiaque basse après l’effort. C’est le signe d’une bonne récupération.

 

 

EFFET DE L’ENTRAINEMENT SUR LE SYSTEME SANGUIN

Le sang, c’est un peu « l’autoroute » de l’approvisionnement pendant l’effort. Il transporte :

  • les sources d’énergie et l’oxygène, vers le muscle
  • les déchets « dioxyde de carbone » C02 et « eau » H20, vers les poumons
  • la chaleur vers la peau.

En sollicitant régulièrement l’organisme, l’entraînement pousse le corps à améliorer l’efficacité de sa chaîne logistique. On note :

  • une augmentation du nombre de globules rouges. La capacité à transporter de l’oxygène augmente, les muscles sont mieux irrigués et « nettoyés » plus rapidement.
  • un volume de sang plus grand (ben oui, il y a plus de globules rouges !)

Le transport du sang peut être amélioré très rapidement mais plusieurs années sont nécessaires pour :

  • augmenter le diamètre des artères et des veines
  • augmenter la taille et le nombre de vaisseaux capillaires (les veines les plus fines) au niveau du muscle

 

EFFET DE L’ENTRAINEMENT SUR LE SQUELETTE

crédit : horse inside out

L’entraînement permet de développer davantage la solidité et l’épaisseur des os.

Le squelette est soumis à beaucoup de contraintes. Si cette contrainte augmente progressivement, les os sont capables de s’adapter et de se remodeler pour s’adapter à la nouvelle charge. Un os qui a une bonne densité osseuse supportera mieux l’effort.

Ce processus est lent, et prend environ 2 ans, pour être à l’état maximal de résistance.

 

 

EFFET DE L’ENTRAINEMENT SUR LES MUSCLES

crédit : Illustration extraite de « Manuel de l’éleveur de chevaux », Félix Villeroy, Paris, Librairie agricole de la Maison rustique, 1856.

L’entraînement ne modifie pas le nombre de cellules musculaires mais il permet d’augmenter leur volume et leur capacité à créer de l’énergie. C’est ce qui explique que le volume des muscles est plus important chez les chevaux sportifs.

Un entraînement adapté permet de développer les fibres les mieux adaptées à l’effort demandé.

Il existe en effet 3 types de fibres dans les muscles :

  • les fibres à contractions rapides pour les efforts de vitesse « explosif » (de 0 à 20 secondes)
  • les fibres mixtes pour les efforts de résistance (de 10 secondes à 2 minutes 30)
  • les fibres à contractions lentes pour les efforts d’endurance (de 2 minutes à plus)

Comme nous, les chevaux ont tous les types de fibres dans leur muscle, mais en proportion différente. Suivant ce que vous allez leur demandez, ils développeront davantage l’un ou l’autre des types de fibres. (Sprinter, endurant, « explosif » type CSO…).

Y aviez-vous songé ? Bodybuilder ou marathonien n’ont pas la même musculature 🙂

L’entrainement améliore les capacités à produire/ utiliser rapidement l’énergie, en augmentant les capacités de stockage de l’énergie dans le muscle, et la concentration/ le type d’enzyme nécessaires à la contraction musculaire.

Il développe également la réponse musculaire grâce à une meilleure innervation des muscles, une meilleure coordination des muscles entre eux.

Les évolutions musculaires sont rapides à déceler : entre 3 et 6 mois.

 

EFFET DE L’ENTRAINEMENT SUR LA SUDATION

On a bien transpiré lors de notre dernière course !

Les sportifs transpirent plus vite : C’est vrai pour les chevaux ! (C’est aussi vrai pour les Humains, au passage…)

En transpirant, nous évacuons en fait la chaleur produite par notre corps. Si on ne transpirait pas, cette chaleur atteindrait un point critique, qui nous mettrait en danger.

L’entraînement permet de déclencher plus rapidement la transpiration, ce qui « retarde » un peu l’augmentation de la température corporelle, et permet donc de prolonger la durée de l’effort.

Pour les sprinteurs, la production de chaleur est très fugace, ce qui en limite les conséquences.

Au contraire, pour ceux qui font de l’endurance, l’élévation de la température corporelle va être progressive, mais va durer.

 

Bref, le corps entier de votre cheval sera impacté par l’entraînement que vous allez mettre en place, et les effets seront différents selon votre discipline.

Prenez une photo de votre cheval aujourd’hui, et on comparera dans quelques mois !

Angélique

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :